16/03/2018 11:06
La Marine libyenne a saisi un pétrolier soupçonné de chargement illégal de carburant au large des côtes occidentales du pays, et a arrêté son équipage grec, a indiqué jeudi 15 mars un porte-parole de la Marine.
>>Le pétrole à la hausse en Asie
>>Pétrole : l'OPEP prolonge ses quotas et garde son allié russe

Le pétrolier Lamar, battant pavillon togolais et soupçonné de chargement illégal de carburant, escorté par la marine libyenne vers la base de Tripoli.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le tanker a été arraisonné mercredi soir par un patrouilleur des gardes-côtes à environ huit milles marins au large d'Abou Kammache, un important complexe pétrochimique et terminal pétrolier près de la frontière libyo-tunisienne, a indiqué jeudi 15 mars à l'AFP ce porte-parole, le général Ayoub Kacem.

Le pétrolier "Lamar, battant pavillon togolais, (...) se trouvait dans les eaux territoriales libyennes sans autorisation des autorités compétentes de la marine libyenne et dans une zone suspecte où se déroulent des opérations de contrebande de carburant libyen", a précisé le général Kacem. "De nombreux navires ont été saisis dans le passé dans cette même zone alors qu'ils étaient en train de (charger illégalement) du carburant", a-t-il indiqué.

Le pétrolier et les huit membres de l'équipage, de nationalités grecque, ont été ramenés jeudi 15 mars à la base navale de Tripoli en attendent d'être entendus par le procureur général, a ajouté le général Kacem.

Le tanker, pouvant transporter 1.945 tonnes, contenait environ 950.000 litres de carburant au moment où il a été "intercepté (...) puis dirigé vers la base navale de Tripoli", a précisé à l'AFP le colonel Abouajila Abdel Barri, un officier des gardes-côtes.

Livrée au chaos politique et sécuritaire depuis la chute du régime de l'ex-dictateur Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est un havre pour les trafiquants de toutes sortes. La contrebande de carburant est très lucrative.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Thi.bli, de l’amour de la céramique à l’amour du Vietnam

Un Depuis 15 ans, chaque dimanche matin, les philatélistes de la capitale se donnent rendez-vous dans un petit café de la rue Triêu Viêt Vuong. Rassemblés sur le trottoir, ils boivent du thé et du café tout en échangeant des timbres.