31/01/2020 15:21
Le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés a annoncé jeudi 30 janvier la suspension de ses opérations dans un centre de transit à Tripoli en Libye.
>>Accord international pour relancer les efforts de paix en Libye
>>Le chef de l'ONU participera à la Conférence de Berlin sur la Libye

Une colonne de fumée s'élève à Tajoura, au sud de Tripoli (Libye), après une frappe aérienne. Photo: AFP/VNA/CVN


"Cette décision a été prise car l'organisation a appris que des entraînements militaires et policiers se déroulaient à l'extérieur du centre", a indiqué dans un communiqué le chef de la mission du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) en Libye, Jean-Paul Cavalieri.

"Nous craignons que la zone entière ne devienne une cible militaire", a-t-il relevé. Ouvert en décembre 2018, ce Centre de rassemblement et de départ (GDF), site qui relève de la juridiction du ministère libyen de l'Intérieur, héberge des réfugiés en attente d'être évacués à l'étranger.

Début janvier, le HCR avait indiqué que trois obus de mortier étaient tombés près du site. Le HCR a commencé à évacuer vers des lieux plus sûrs des dizaines de réfugiés très vulnérables qui se trouvaient dans le centre.

Il va par ailleurs aider à évacuer des centaines d'autres personnes qui s'y trouvent encore, parmi lesquelles environ 700 demandeurs d'asile. Elles recevront des articles de premiers secours et une aide financière et médicale, dans un centre de jour communautaire du HCR à Tripoli.

Depuis décembre 2018, environ 1.700 réfugiés ont pu être évacués de Libye en passant par le GDF.


APS/VNA/CVN



 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Nguyên Thu Thuy, la céramiste des espaces urbains

Le Vietnam suspend l'exemption de visa pour les citoyens sud-coréens Le Vietnam suspendra, après 00h00 samedi 29 février (heure locale), l'exemption de visa pour les citoyens sud-coréens, dans le cadre des efforts visant à prévenir la propagation des maladies causées par le SARS-Cov-19 (COVID-19).