13/10/2020 09:35
L'ONU a affirmé, lundi 12 octobre , que le dialogue politique interlibyen, prévu en Tunisie début novembre pour tenter de sortir la Libye du chaos, serait ouvert aux dirigeants ne visant pas de postes gouvernementaux mais pensant d'abord à "leur pays".

 

 
L’émissaire par intérim de l’ONU en Libye Stephanie Williams, le 16 février à Munich.
Photo : AFP/VNA/CVN


"Nous souhaitons voir des gens qui ne sont pas là pour leur propre carrière politique mais pour leur pays", a souligné Stephanie Williams, émissaire par intérim des Nations unies en Libye, après une rencontre avec le président tunisien Kais Saied.

La Libye est actuellement déchirée entre deux autorités rivales : le Gouvernement d'union nationale (GNA) dans l'Ouest, basé à Tripoli et reconnu par l'ONU, et l'autorité incarnée par Khalifa Haftar.

Le dialogue de Tunis, qui débutera le 26 octobre par visioconférence avant de se poursuivre début novembre en face à face, réunira de nombreux membres du Parlement de Tobrouk (Est) et du Haut Conseil d'État (Ouest), ainsi que des participants sélectionnés par l'ONU, a indiqué Mme Williams.

Interrogée sur la présence du chef de l'armée libyenne, Khalifa Haftar et du Premier ministre du GNA, Faiz al-Sarraj, l'émissaire a souligné que "la condition pour participer à ce dialogue est de renoncer à être considéré pour occuper des postes gouvernementaux de premier rang".

"Cela inclut le conseil présidentiel, le Premier ministère, les ministères et différents postes de souveraineté", a-t-elle précisé aux médias lors d'une conférence de presse. "L'objectif de cette réunion est d'arriver à des élections nationales", a-t-elle ajouté. Le ministre tunisien des Affaires étrangères Othman Jarandi a de son côté appelé à "un dialogue direct entre les Libyens, sans ingérence".
 

APS/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le photographe Lâm Duc Hiên, la mémoire du Mékong

Quang Ninh se rouvre aux touristes La province de Quang Ninh, qui n’a enregistré aucun nouveau cas de transmission locale du COVID-19 depuis plus d'un mois a décidé de relancer son tourisme.