05/01/2020 16:11
Au moins 28 personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées dans un raid aérien samedi 4 janvier contre une école militaire à Tripoli, a indiqué un porte-parole du ministère de la Santé du Gouvernement d'union nationale (GNA).

>>Le Parlement autorise Erdogan à déployer l'armée en Libye
>>La Ligue arabe va organiser une réunion d'urgence sur la situation en Libye
 

Un raid aérien contre l'école militaire de al-Hadba  al-Khadra, un secteur résidentiel peuplé de Tripoli, a tué 28 cadets et blessé des dizaines d'autres, le 4 janvier. Photo : AFP/VNA/CVN


"Un raid aérien contre l'école militaire de Tripoli a tué 28 cadets et blessé des dizaines d'autres", a déclaré Amin al-Hachemi.

Cette école militaire se trouve à al-Hadba al-Khadra, un secteur résidentiel peuplé dans la capitale libyenne, sous le contrôle du GNA.

Au moment de la frappe, les cadets effectuaient le dernier de la journée dans la cour principale avant de regagner leurs dortoirs, a précisé ce porte-parole.

Le ministère de la Santé du GNA a par ailleurs appelé à des dons de sang, invitant les donneurs à se diriger vers les hôpitaux et la banque du sang.

La banlieue sud de Tripoli est le théâtre de violents combats depuis le 4 avril, début de l'offensive du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est libyen, pour s'emparer de la capitale libyenne, siège du GNA reconnu par l'ONU.
 

Des corps de victimes dans des ambulances après un raid aérien contre l'école militaire de al-Hadba al-Khadra, un secteur résidentiel peuplé de Tripoli, qui a tué 28 cadets et blessé des dizaines d'autres, le 4 janvier.
Photo : AFP/VNA/CVN


Les forces du GNA ont accusé sur leur page Facebook les forces pro-Haftar d'avoir mené cette frappe, publiant des photos des blessés et des victimes .

Les forces proHaftar n'ont jusqu'à présent pas revendiqué la frappe contre l'école militaire d'al-Hadba al-Khadra.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est déchirée par des conflits fratricides.

À plusieurs reprises, la mission de l’ONU en Libye(Manul) a demandé à ce que les secteurs civils soient épargnés par les frappes qui "pourraient constituer des crimes de guerre".

Depuis le début de l'offensive contre Tripoli, plus de 280 civils ont été tués, selon l'ONU. Plus de 2.000 combattants ont en outre péri et 146.000 Libyens ont été déplacés, selon la même source.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Nguyên Thu Thuy, la céramiste des espaces urbains

Hôtellerie : Hanoï prête à accueillir la F1 Malgré les difficultés causées par le coronavirus, de nombreux hôtels sont prêts pour la course de Formule 1 prévue en avril à Hanoï. Ces établissements joueront un rôle non négligeable dans la promotion de l’image de la capitale vietnamienne, une destination sûre et attrayante.