27/02/2017 14:22
Un travailleur humanitaire tchèque, condamné à 24 ans de prison au Soudan pour espionnage et incitation à la haine, a été libéré dimanche 26 février et a quitté le pays, a indiqué un responsable.
>>Le Soudan du Sud lance le cadre des Nations unies sur le changement

Le ministre soudanais des Affaires étrangères Ibrahim Ghandour (droite) et son homologue tchèque Lubomir Zaoralek, le 26 février à Khartoum.
Photo : AFP/VNA/CVN

Petr Jasek, 53 ans, a été arrêté en décembre 2015 et condamné en janvier dernier par un tribunal soudanais pour infiltration dans le pays sans visa, espionnage, prise d'images dans des zones militaires et incitation à la haine entre les communautés, selon son avocat.

Membre de l'Église fraternelle (Cirkev Bratrska), petite Église protestante tchèque, il était venu au Soudan pour aider la minorité chrétienne, selon des médias tchèques.

C'est le ministre soudanais des Affaires étrangères Ibrahim Ghandour qui a annoncé plus tôt, au côté de son homologue tchèque Lubomir Zaoralek à Khartoum, la grâce par le président Omar el-Béchir de l'humanitaire tchèque.

M. Jasek a ensuite quitté le pays avec le ministre tchèque, a indiqué un responsable des Affaires étrangères soudanaises aux journalistes devant l'aéroport de Khartoum.

Le chef de la diplomatie tchèque était venu plus tôt dans la journée pour pousser à la libération de l'humanitaire.

Selon Release International, une ONG aidant les chrétiens persécutés dans le monde, M. Jasek avait été arrêté avec trois Soudanais, après avoir soutenu financièrement le traitement médical d'un étudiant du Darfour brûlé lors d'une manifestation.
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ressusciter les estampes populaires de Kim Hoàng

La Fête La Fête "Couleurs du printemps dans tout le pays" se tiendra du 24 au 25 février au Village culturel et touristique des ethnies du Vietnam à Dông Mô (Hanoï), a informé le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme.