26/04/2020 12:00
En termes d’échanges et de relations vis-à-vis de la communauté, les M’nông, sur les hauts plateaux du Centre, sont réputés pour leur hospitalité. Ils accueillent toujours chaleureusement leurs invités, consolidant reliant ainsi sans cesse les liens entre les groupes ethniques et les villages.
>>La Chanson de la lignée de Mère Chêp, épopée M’nông de Dak Lak
>>Le Nouvel An chez les M’nông

L’hôte et ses proches accueillent souvent les invités intimes de la famille sous leur toit. Quant aux invités dits "communs" du village, ils sont reçus dans la maison commune. Accueil souvent organisé sous la forme d’un rituel. Les préparatifs se font plusieurs jours à l’avance. L’hôte se charge d’inviter chanteurs et joueurs de gongs, de préparer les offrandes et plats traditionnels ainsi que de choisir la personne qui pourra chanter aux côtés du patriarche.

Dans une atmosphère animée, l’hôte offrira aux invités "le collier de la santé" afin de leur souhaiter paix et prospérité. Les jeunes du village et les invités se tiennent ensuite par la main pour danser autour du cây nêu (perche rituelle), chanter des airs traditionnels sur la fraternité humaine, boire du fameux ruou cân (alcool de riz que l’on sirote à l’aide d’une tige de bambou), ainsi que déguster du com lam (riz gluant cuit dans un tronçon de bambou) ou du porc grillé.

Selon le patriarche Ma Rin, de la commune de Dak N’Drung, district de Dak Song, province de Dak Nông, l’hospitalité et le sens de la vie communautaire ont généré une communauté M’nông aimante et solidaire, qui œuvre toujours à la préservation de son identité culturelle.
Texte et photos : DTMN/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Post-COVID-19 : le delta du Mékong redynamise le tourisme L’Association du tourisme du delta du Mékong a lancé récemment à Cân Tho un programme promotionnel afin de relancer le secteur touristique local, sévèrement frappé par la pandémie de coronavirus.