24/11/2019 10:34
Au fil des générations, les habitants de Duong Lâm sont restés attachés à leur village natal, malgré les vicissitudes historiques et les aléas de la guerre. De nos jours, plus que jamais, ils souhaitent conserver et valoriser l’héritage de leurs ancêtres.
>>Un village de caractère en quête de valorisation
>>La sauce soja prend son envol à l’étranger
>>Nguyên Van Hung : "Grâce au tourisme, on a tout à gagner"
>>La double casquette des artisans de Duong Lâm

Nguyên Thi Thoa propose des souvenirs et confiseries locaux aux touristes.

À 50 km environ à l’ouest de la capitale, le village de Duong Lâm est localisé dans le bassin du fleuve Rouge, région où la riziculture est l’activité principale depuis des siècles. À l’entrée, on y voit un portique, un banian et quelques kiosques. Des paysages typiques des villages vietnamiens au Nord d’autrefois.

Nguyên Thi Thoa, 80 ans, est propriétaire d’un kiosque de souvenirs et confiseries locaux. À l’ombre du vieux banian, la vieille dame affiche un sourire sombre avec ses dents noires et ses longs cheveux enveloppés dans un turban noir. Elle ne cache pas son amour pour sa terre natale : "L’agriculture est l’activité principale de notre village. Elle nous fournit la nourriture et un environnement paisible. Nous cultivons riz, cacahuète, soja, sésame, etc. Nous produisons également des bonbons et de la sauce soja".

La nature a doté Duong Lâm de conditions favorables. Situé dans une région de plaines parsemée de collines et entourée de rizières et de plans d’eau, ce village n’a jamais été inondé. Les conditions pédoclimatiques conviennent aux activités agricoles, explique Hà Huu Thê, un villageois producteur de sauce soja.

Une architecture remarquable

 
Un coin de l’ancienne maison de Nguyên Van Hung. 

Duong Lâm est connu pour son architecture exceptionnelle. Ses maisons les plus anciennes, qui datent de plusieurs siècles, ont pu être conservées en l’état par les villageois y compris pendant les périodes de guerre. Les bâtiments classés au site historique et culturel national sont des pagodons dédiés au culte des héros nationaux, des pagodes et des maisons communales. À cela s’ajoutent de nombreuses maisons privées de grande valeur.

Partageant son amour pour son village, Nguyên Van Hung, propriétaire d’une maison vieille de 370 ans - la plus ancienne de Duong Lâm - explique : "En 2008, l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) a aidé ma famille à la restaurer. En 2013, l’UNESCO nous a attribué un prix du mérite pour la préservation du patrimoine culturel en Asie-Pacifique".  Il a aussi exprimé sa joie d’accueillir de plus en plus de touristes vietnamiens et étrangers.

L’autre atout du village est sa gastronomie. Jadis, la localité était connue pour la culture de la canne à sucre et la fabrication de bonbons en forme de saucisse à base de miel et de bonbons aux cacahuètes qui sont encore produits sur place aujourd’hui.

Cao Van Hiên, propriétaire de la marque de bonbon Hiên Bao, est très fier de son village, à tel point qu’il a mis sur les emballages de ses produits une photo du portique d’entrée de Duong Lâm. Il espère que ses trois filles, qui sont étudiantes, appliqueront leurs connaissances  contemporaines pour améliorer la qualité de ses produits et élargir leur marché.

L’ancien village est considéré comme un musée à ciel ouvert de la vie rurale vietnamienne. L’authenticité qui se dégage, avec notamment le banian, les puits, les maisons anciennes en murs de latérite et la vie simple de ses habitants, en fait une destination incontournable. Duong Lâm a été le premier village à être classé, en 2006, "site historique et culturel national".      
                 
Texte et photos : Biên Diêu/CVN

Le seul endroit au Vietnam où sont nés deux rois

Le village de Duong Lâm est mentionné dans les "Annales complètes du Dai Viêt" (ancien nom du Vietnam) dès l’année 1117 sous son appellation ancienne "Cam Gia". Les mots "Cam Gia" (en vietnamien ancien) ou "Mia" désignent la canne à sucre dont la culture était très développée sur ce site, ce qui a donné lieu à ce nom. Il est le seul endroit au Vietnam où sont nés deux rois : Phùng Hung (761-802) et Ngô Quyên (897-944).

Les deux hommes ont mené des guerres de résistance contre les envahisseurs chinois et, après avoir remporté l’indépendance nationale, ont été couronnés rois. À leur décès, la population locale a construit des temples en leur honneur. À voir dans le village : les vestiges historiques et culturels, notamment le temple-mausolée de Ngô Quyên, les temples commémoratifs de Phùng Hung, Giang Van Minh, les maisons communales de Mông Phu, Doài Giap, Cam Thinh et la pagode de Mia.




 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le Musée de la campagne – un voyage dans la campagne d’autrefois

Le lac Ba Bê, la perle verte du Nord-Est Rendons-nous cette semaine à Ba Bê, le plus grand lac naturel du Vietnam, formé il y a 200 millions d’années. Situé dans le parc national éponyme, dans la province de Bac Kan, à environ 230 km au nord de Hanoï, ce site naturel est l’un des plus beaux du Nord-Est du Vietnam.