18/07/2019 23:52
L’accord de libre-échange entre le Vietnam et l’Union européenne est un accord intégral de qualité qui assure l’harmonie des intérêts entre les deux parties, selon le ministre vietnamien de l’Industrie et du Commerce, Trân Tuân Anh.
>>La filière aquatique se prépare face aux accords CPTPP et EVFTA
>>Accord de libre-échange, une aubaine pour le secteur des chaussures

Le ministre vietnamien de l’Industrie et du Commerce, Trân Tuân Anh.
Photo: VNA/CVN

Lors d’une interview accordée à l’Agence Vietnamienne d’Information, Trân Tuân Anh a indiqué que la quasi-totalité des exportations du Vietnam vers l’Union européenne (UE) seraient exonérées des droits de douane grâce a l'accord de libre-échange entre le Vietnam et l’Union européenne (EVFTA.

"À ce jour, il s’agit de l’engagement le plus élevé qu’un partenaire a pris dans le cadre d’un accord de libre-échange avec le Vietnam", a-t-il affirmé, ajoutant que "dans les domaines des services et de l’investissement, les engagements du Vietnam sont plus élevés que ceux déjà pris par le pays au moment de son adhésion à l’OMC et sont équivalents aux engagements de l’UE dans ses derniers accords de libre-échange".

Outre la réduction des droits de douane, l’EVFTA couvre de nombreux domaines, des achats du gouvernement à la propriété intellectuelle en passant par la défense commerciale…

"L’EVFTA aidera à augmenter les échanges commerciaux bilatéraux, à améliorer la compétitivité de l’économie vietnamienne, lui permettant de participer à de nouvelles chaînes de valeur", a souligné le ministre.

S’agissant des défis qui s’imposeront au Vietnam une fois cet accord en vigueur, Trân Tuân Anh a indiqué que la pression concurrentielle serait le premier problème à résoudre.

"La concurrence sera négative pour les entreprises faibles, celles qui ne s’appuient que sur le soutien de l’État et celles qui disposent de technologies démodées", a-t-il dit.

"Cependant, la concurrence pourra constituer une motivation de réforme pour les entreprises, tout en apportant au consommateur de nouveaux choix", a-t-il ajouté, avant d’affirmer que l’EVFTA exigera également des modifications des textes juridiques.

Le ministre Trân Tuân Anh a donc déclaré que les entreprises, mais aussi les agences de gestion publiques, devraient redoubler d’efforts pour surmonter les difficultés et saisir les opportunités. Selon lui, il est nécessaire aux entreprises d’effectuer des études profondes pour pouvoir satisfaire les demandes du marché européen.

À ce jour, le Vietnam a signé 12 accords de libre-échange outre l’EVFTA. Il s’agit d’un accord entre les dix pays membres de l’ASEAN, six entre l’ASEAN et des partenaires (Chine, République de Corée, Japon, Inde, Australie et Nouvelle-Zélande), quatre accords bilatéraux avec le Japon, le Chili, la République de Corée et l’Union économique eurasiatique, et enfin, de l’Accord du partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP).

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’empreinte de l’AUF en Asie-Pacifique après 25 ans

Le Vietnam accueillera 32 millions de touristes étrangers d’ici 2025 Le Vietnam accueillera 32 millions de touristes étrangers d’ici 2025 et ce nombre devrait atteindre 47 millions en 2030, soit une croissance annuelle de 9% à 11% durant cette période.