25/05/2019 15:19
Trois nouveaux pays entrent dans la danse des élections européennes samedi 25 mai, puis une vingtaine dimanche 26 mai, pour choisir les nouveaux membres du Parlement européen, où les sondages laissent présager une nouvelle montée en puissance des partis populistes et d'extrême droite.
>>Élections européennes: au tour de l'Irlande et de la République tchèque
>>Élections européennes: victoire surprise des pro-européens

Dans un bureau de vote à Dublin, le 24 mai.
Photo: AFP/VNA/CVN

Quelle sera l'ampleur de cette poussée? Quel sera son impact sur l'équilibre des forces au sein de l'hémicycle européen? Avec quelles conséquences pour la course aux postes clés au sommet de l'Union? Les enjeux politiques de ces élections ne manquent pas.

Pourtant, un fort taux d'abstention parmi les 427 millions d'électeurs estimés est à nouveau redouté. L'intérêt pour ce scrutin n'a de fait pas cessé de chuter au fil des dernières décennies, alors même que les eurodéputés ont considérablement accru leurs prérogatives.

Après les Britanniques et les Néerlandais jeudi 23 mai, suivis le lendemain des Tchèques (qui votent sur deux jours) et des Irlandais, c'est au tour des Lettons, des Maltais et des Slovaques de voter samedi 25 mai.

Dans les 21 autres pays de l'UE, dont la France, l'Allemagne et l'Italie, le vote aura lieu dimanche 26 mai. Les résultats officiels ne commenceront à être publiés que dimanche tard dans la soirée 26 mai pour les 28 pays de l'Union.

Au Royaume-Uni, où ces élections ont été organisées en catastrophe après le report de la date butoir du Brexit à fin octobre, le scrutin a été éclipsé par les turbulences au sein du gouvernement conservateur.

La Première ministre Theresa May a fini par annoncer sa démission vendredi 24 mai, effective au 7 juin, après avoir regretté, les yeux embués, de ne pas avoir réussi à mettre en oeuvre le divorce de son pays avec l'UE.

Surprise néerlandaise

Le Néerlandais Frans Timmermans, candidat à la présidence de la Commission européenne, prononce un discours le 24 mai à Milan.
Photo: AFP/VNA/CVN

Aux Pays-Bas, le vote de jeudi 23 mai a lui réservé une première surprise: les estimations placent les travaillistes (PvdA) de Frans Timmermans, candidat à la succession de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission européenne, devant les libéraux (VVD), et devant les populistes (FvD) qui étaient pourtant attendus en force.

En Irlande, le parti pro-européen du Premier ministre Leo Varadkar était lui aussi donné en tête par les sondages vendredi 24 mai au soir du scrutin.

Globalement au niveau européen, l'ensemble des forces eurosceptiques, populistes et nationalistes devraient toutefois selon les sondages enregistrer une nette progression au sein du Parlement européen, où siègent pour cinq ans 751 eurodéputés jouant un rôle clé dans l'élaboration des lois européennes.

La Ligue du ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini, portée par son discours anti-migrants et hostile aux institutions bruxelloises, pourrait ainsi gagner de nombreux sièges.

Quant au RN de son alliée Marine Le Pen, cheffe de l'extrême droite française, il est en tête des intentions de vote en France, devant la liste soutenue par le président Emmanuel Macron, qui ambitionne pourtant de jouer un rôle pivot au sein du nouveau Parlement européen.

L'actuel groupe commun de la Ligue et du RN, l'ENL, qui compte actuellement 36 élus, devrait sortir renforcé des élections, avec plus d'une soixantaine d'élus selon les sondages.

Le groupe populiste EFDD, où siège le Mouvement Cinq Etoiles italien et que devrait rallier le nouveau parti europhobe du Britannique pro-Brexit Nigel Farage, devrait lui aussi progresser.

"Dépeçage"

"Je suis inquiet sur l'Europe", a déclaré vendredi 24 mai le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, jugeant que l'UE était "menacée de dépeçage, de déconstruction" et "menacée de sortir de l'histoire".

Mais même en comptabilisant les sièges du groupe ECR, où siègent à Strasbourg les Tories Britanniques et les Polonais du parti PiS au pouvoir à Varsovie, les forces eurosceptiques et europhobes sont loin de pouvoir envisager une majorité au Parlement européen.


Et ce d'autant plus que leurs velléités d'alliance se heurtent à de profondes divergences, comme sur l'attitude à avoir face à la Russie.

D'après les sondages, ces élections devraient quoi qu'il en soit être marquées par la fin du bipartisme entre les chrétiens démocrates du PPE et les sociaux-démocrates (S&D), qui dominaient ensemble le Parlement européen depuis 1979.

Ils ne devraient plus réunir à eux deux la majorité des sièges. Tandis que les libéraux (ALDE), espèrent du coup être incontournables en devenant la troisième force du Parlement, grâce notamment à une alliance avec les futurs élus macronistes.

Les jeux de recomposition des alliances au Parlement européen, où les Verts espèrent aussi progresser, seront cruciaux dans la course aux postes clés des institutions européennes. Et notamment pour le choix du successeur de Jean-Claude Juncker, membre du PPE, à la tête de la Commission européenne.

"Personne ne pourra devenir président de la Commission sans avoir le soutien d'au moins 376 sur 751 députés européens", a rappelé le porte-parole du Parlement européen, Jaume Duch.
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrir les secrets de fabrication des gâteaux de lune

Quang Binh, destination attrayante pour le tourisme d'aventure La province de Quang Binh (Centre) présente un grand potentiel et de nombreux avantages pour le développement du tourisme, en particulier le tourisme d'aventure et le tourisme expérientiel.