17/09/2016 17:18
Le Comité permanent de l’Assemblée nationale examine en ce moment-même un projet de loi sur les cultes qui devrait être soumis à la prochaine session parlementaire. Objectif : créer un couloir juridique plus vaste pour garantir les pratiques religieuses de la population.
>>Vinh Phuc reçoit la statue du Bouddha de Jade pour la paix universelle
>>Échanges culturels en l’honneur du 40e anniversaire des relations Vietnam-Thaïlande
>>La liberté religieuse au Vietnam dans la réalité

Cérémonie de commémoration de l'anniversaire de la naissance du Bouddha, le 21 mai à Hô Chi Minh-Ville.
Photo : Thê Anh/VNA/CVN

Quelque 95% des Vietnamiens pratiquent au moins un culte. Pour ce qui est des religions à proprement parler, qui sont au nombre de 14, on comptabilise 20 millions de fidèles et 40 organisations religieuses. Le pays compte par ailleurs 83.000 dignitaires religieux et 250.000 employés qui travaillent dans 28.000 établissements de culte.

Un pays multiconfessionnel

Les Vietnamiens peuvent pratiquer leur foi chez eux ou dans un établissement religieux. Et cela est valable même pour les religions très locales, qui viennent d’être créées ou importées.

Quoiqu'il en soit, force est de constater que les différentes religions coexistent en parfaite harmonie. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir des représentants d'une confession assister à des cérémonies d’une autre, voire cotiser pour venir en aide à des adeptes d’autres religions que la leur ou même à des profanes.

À noter aussi qu'à l’occasion des grandes fêtes religieuses et du Nouvel An, il est fréquent que les représentants de l’État et des administrations locales aillent présenter leurs voeux aux dignitaires et aux fidèles de telle ou telle communauté.

Depuis le lancement du Renouveau, plusieurs communautés religieuses sont devenues de véritables personnes morales -une entité dotée d'une personnalité juridique -, reconnues comme telles par l’État.

De nombreux établissements de culte ont été construits, et ceux qui existaient déjà ont été rénovés, voire même élargis. Le pays compte aujourd’hui quatre académies, huit écoles supérieures, 32 écoles secondaires bouddhiques, sept séminaires, deux instituts de théologie biblique et évangélique. La maison d’édition religieuse a publié 4.000 titres en plusieurs dizaines de millions d’exemplaires.

Les religieux vietnamiens élargissent leurs relations internationales, en participant activement à des conférences et à des forums régionaux et internationaux. Le pays a d’ailleurs accueilli plusieurs grands événements religieux mondiaux.

Une liberté religieuse réelle et respectée

Cathédrale Saint-Joseph à Hanoï.
Photo : Quôc Khanh/VNA/CVN

Une résolution adoptée par le Comité central du Parti communiste du Vietnam, au cours de son 9e exercice, affirme que les croyances et les religions répondent à un besoin d’une partie de la population et que les religieux font partie intégrante du bloc de grande union nationale.

L’État se porte garant des pratiques religieuses, pourvu naturellement que celles-ci soient conformes à la loi, et interdit strictement toute violation de cette liberté. Depuis 1986, une bonne centaine de textes juridiques liés aux cultes ont été promulgués, ce qui témoigne de la volonté du Vietnam de garantir la liberté religieuse et de se conformer à la législation internationale à laquelle il a adhéré.

L’article 24 de la Constitution de 2013 stipule que «chacun jouit de la liberté de culte, peut suivre une religion ou n’en suivre aucune. Toutes les religions sont égales devant la loi. L’État respecte et garantit la liberté de culte. Personne n’a le droit de violer cette liberté ni d’en abuser pour enfreindre la loi.»

Du progrès dans la garantie de la liberté de culte

Le projet de loi sur les cultes qui est actuellement en débat au Comité permanent de l’Assemblée nationale devrait être présenté à l’ensemble des députés le mois prochain. La grande nouveauté, c’est que la liberté religieuse n’est plus appliquée uniquement aux «citoyens», mais à «tout le monde», étant donné qu’elle relève des droits de l’homme et pas seulement de ceux du citoyen.

L’inscription auprès d’un organisme public pour l’exercice de telle ou telle religion est considérée comme relevant d'un besoin d'expression collective d’un groupe d’individus. Il ne s’agit en aucun cas d’une condition à la création d’une organisation religieuse. Autrement dit, tout un chacun est libre de pratiquer sa foi sans forcément appartenir à une quelconque organisation religieuse.

Si jusqu’à maintenant, seul le Premier ministre était habilité à reconnaître des organisations religieuses et à approuver leur création, leur division ou leur fusion, la nouvelle loi attribuera cette compétence à l’organisme public chargé de la gestion des cultes. Autre nouveauté, si la loi est adoptée, les étrangers résidant légalement au Vietnam pourront étudier et pratiquer leur foi, et même avoir droit à des promotions sur le sol vietnamien.

VOV/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vietnam - France: une coopération chaque jour plus florissante

Chine: promouvoir le tourisme vietnamien à Taïwan Selon l'Administration nationale du tourisme du Vietnam, un programme de promotion du tourisme du Vietnam dans les villes de Kaohsiung et de Taipei de Taïwan (Chine) aura lieu du 24 au 27 juillet.