23/11/2018 22:31
Le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez, en visite historique à Cuba, plaidera vendredi 23 novembre pour des liens économiques plus étroits entre son pays et l'île socialiste, qui a soif d'investissements étrangers.
>>Le PM espagnol Pedro Sanchez entame une visite historique à Cuba
>>Espagne-Cuba: Pedro Sanchez en visite officielle jeudi 22 novemrbe à La Havane

Le président cubain Miguel Diaz-Canel et le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez à La Havane, le 22 novembre. Photo: AFP/VNA/CVN

Le voyage officiel du dirigeant espagnol, le premier en 32 ans, vise à rapprocher Madrid de La Havane, tant sur le plan diplomatique que commercial. Arrivé jeudi après-midi 22 novembre à La Havane, Pedro Sanchez a d'abord déposé des fleurs devant la statue de José Marti, héros de l'indépendance cubaine, puis rencontré, au Palais de la Révolution, le président Miguel Diaz-Canel, au pouvoir comme lui depuis moins d'un an.

Les deux hommes ont signé un protocole d'accord en vue d'établir des consultations bilatérales, ainsi qu'un accord de coopération culturelle. Ils n'ont fait aucune déclaration à l'issue de la réunion. Vendredi 23 novembre, le dirigeant espagnol participera à un petit déjeuner de travail avec des entrepreneurs de son pays, puis à un forum bilatéral avec 200 entreprises, dont le géant des télécommunications Telefonica et la compagnie aérienne Iberia.

Le pays est le troisième partenaire commercial de Cuba après la Chine et le Venezuela, avec des échanges de 1,3 milliard de dollars en 2017. Mais "entre 2017 et 2018, l'Espagne a gagné beaucoup de terrain dans le domaine des échanges commerciaux et des investissements, à tel point qu'elle peut prendre la place du Venezuela comme deuxième partenaire commercial de l'île", selon l'analyste Arturo Lopez-Levy, professeur à l'université Gustavus Adolphus College, dans le Minnesota (États-Unis).

Madrid pourrait s'appuyer sur la prochaine adoption d'une nouvelle Constitution, plus ouverte aux investissements étrangers, pour accentuer encore sa présence. Cuba, de son côté, a besoin d'argent frais. L'île souffre de la débâcle du Venezuela, son principal partenaire et fournisseur de pétrole, et vient de suspendre son programme d'envoi de milliers de médecins au Brésil, qui lui rapportait près de 400 millions de dollars par an, selon une source diplomatique.

AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Université de Hanoï: succès du projet de démarche-qualité

Environ 4.000 croisiéristes au Vietnam en février Le voyagiste Saigontourist a accueilli deux paquebots le 11 février: Celebrity Constellation et Celebrity Millennium, soit 4.000 touristes de différentes nationalités (britannique, française, américaine...).