16/06/2021 17:10
Southwest Airlines a temporairement cloué au sol tous ses avions aux États-Unis mardi 15 juin à cause d'un souci informatique, moins de 24 heures après avoir déjà dû suspendre l'ensemble de ses vols domestiques en raison d'un autre problème informatique chez un sous-traitant.
>>Wall Street finit sans direction claire, poursuivant sa rotation
>>Affectés par la pandémie, American Airlines et SouthWest perdent des milliards
>>Southwest repousse encore ses vols, jusqu'en juin

Southwest avait embarqué seulement 54 millions de passagers en 2020 contre environ 134 millions en 2019.
Photo : AFP/VNA/CVN

À la demande de la compagnie elle-même, l'agence américaine supervisant le transport aérien (FAA) a immobilisé tous les appareils de Southwest pendant 45 minutes, entre 13h45 et 14h30 heures locales, officiellement pour un "problème informatique du système de réservation". Dans un communiqué séparé, le transporteur à bas coûts, l'un des plus importants au monde, a peu après souligné être "en train de reprendre ses opérations normales après une brève pause dans les activités de vol".

Cette dernière a été provoquée "par des problèmes intermittents de performance de la connectivité de notre réseau", a indiqué Southwest sans donner plus de précisions. Au total, quelque 500 vols ont été annulés, a indiqué un porte-parole. "Les équipes travaillent rapidement pour minimiser les perturbations des vols et l'impact sur les clients", a affirmé l'entreprise en saluant la "patience" des passagers et assurant qu'elle se démenait pour les "amener à destination".

Lundi soir 14 juin, le transporteur aérien avait déjà dû retarder plus de 1.500 vols dans le pays, selon le site spécialisé Flight Aware. Southwest avait cette fois mis en cause un problème technique chez un sous-traitant lui fournissant des données météorologiques nécessaires au fonctionnement de ses appareils. "Nous avons cloué tous les avions au sol afin de protéger la sécurité de nos équipages et de nos clients", avait précisé la compagnie dans un communiqué.

Reprise du trafic

Alors que les attaques informatiques se sont multipliées ces dernières semaines contre des entreprises américaines, souvent accompagnées de demandes de rançons, un porte-parole de Southwest a souligné mardi 15 juin qu'il n'y avait "actuellement aucune indication selon laquelle l'un ou l'autre événement était lié à une cybermenace".

Il n'est pas rare qu'une compagnie aérienne doive retarder ou suspendre des vols en raison de problèmes techniques sur le système informatique. La concomitance des deux événements à intervalle si rapproché chez Southwest est plus exceptionnelle.

Ces troubles interviennent au moment où le trafic aérien reprend de la vigueur aux États-Unis grâce aux campagnes de vaccination contre le COVID-19 et la levée des restrictions qui incitent les Américains à voyager de nouveau. Selon les données publiées par l'agence de sécurité dans les transports (TSA), plus de deux millions de passagers ont fréquenté les aéroports du pays vendredi comme dimanche, un niveau plus vu depuis mars 2020.

Basé à Dallas dans le sud du pays, Southwest, qui célèbre ce mois-ci le 50e anniversaire de son premier vol, avait embarqué seulement 54 millions de passagers en 2020 contre environ 134 millions en 2019. Au pic de la saison touristique cette année-là, la compagnie opérait plus de 4.000 vols par jour.

Après avoir perdu 3,1 milliards d’USD l'an dernier, l'entreprise a toutefois réussi à redresser ses finances dès le premier trimestre et, soutenue par les aides du gouvernement, à dégager un profit. Signe qu'elle anticipe une reprise du trafic aérien, la compagnie a passé auprès de Boeing en mars une généreuse commande de 737, le seul avion dans sa flotte depuis sa création.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Un symbole de Hanoï sous le ciel du Sud Qui dit chùa Môt Côt (pagode au pilier unique) dit Hanoï. Néanmoins, il en existe à Hô Chi Minh-Ville une autre, de même forme et de même taille. Un témoin de l’attachement des gens du Sud envers la capitale millénaire.