27/06/2018 13:19
Plus aucun automobiliste ne sera autorisé à rouler dans Central Park à New York dès mercredi 27 juin, afin de mieux protéger l'environnement et le confort des promeneurs dans la plus célèbre des oasis végétales en milieu urbain.
>>Los Angeles, Moscou et New York, villes les plus embouteillées au monde
>>Bientôt New York - Washington en 29 minutes de train

Des cyclistes dans Central Park à New York le 20 avril.
Photo: AFP/VNA/CVN

Sur ordre du maire Bill de Blasio, les dernières voitures ont emprunté mardi soir 26 juin les voies qui étaient encore ouvertes à la circulation en semaine aux heures de pointe dans la partie sud du parc. En revanche, les quatre axes de circulation traversant le parc d'est en ouest et séparés de la végétation par des murs, ne sont pas concernés par cette réforme.

Symboliquement, des responsables municipaux et des défenseurs du parc accompagnaient des cyclistes mardi derrière 19 juin la dernière voiture. "Pendant plus d'un siècle, nous avons transformé des parties du parc le plus célèbre du monde en autoroute - et à partir de ce soir, nous les reprenons pour de bon", a déclaré Bill de Blasio.

"Nous sommes ravis d'être là ce soir pour une promenade à vélo et un au revoir à la dernière voiture de Central Park", s'est aussi félicitée Polly Trottenberg, du service des transports de la ville.

Le maire de New York avait annoncé en avril cette réforme qui vise à réduire la pollution et à mettre la priorité sur la santé et la sécurité. Dès les années 1960, les autorités avaient commencé à réduire les heures de circulation dans le parc - qui fêtera ses 160 ans en 2019 - et la partie nord était déjà fermée aux automobilistes.

Énorme succès touristique pour la ville, le parc accueille jusqu'à 250.000 visiteurs chaque jour, selon l'organisme chargé de sa gestion.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le Musée des beaux-arts de Hô Chi Minh-Ville, destination favorite des touristes

Appliquer les TI pour dégager les difficultés du tourisme Au cours des dernières années, le tourisme a connu un taux de croissance plus élevé que celui de l’économie nationale. Cependant, il sera très difficile pour le secteur de maintenir son taux de croissance actuel car il est confronté à un certain nombre de lacunes en termes de politique de visa et d’infrastructures aériennes.