02/01/2020 19:00
Au Vietnam, la réputation de quatre villages de métiers traditionnels a dépassé les frontières en faisant les gros titres de journaux prestigieux mondiaux.
>>Vinh Phuc: vers le développement des villages de métiers traditionnels
>>Les chapeaux (i)coniques de Sai Nga ont la cote
>>Le village de Nam Ô conserve sa sauce de poisson traditionnelle

Village d’encens de Quang Phu Câu

Photo : AFP/CVN

Situé en banlieue de Hanoï, le village de Quang Phu Câu est célèbre pour ses activités de fabrication d’encens datant d’il y a plus d’un siècle. Chaque jour, des dizaines de travailleurs s’attèlent aux différentes étapes telles que la teinture, le séchage et la coupe du bambou. Une période charnière car les artisans du village sont extrêmement occupés à répondre aux commandes pour le Têt. "C’est un travail traditionnel mais aussi spirituel", a expliqué l’agence de presse.

Manan Vatsyayana, correspondant à l’AFP, a conclu l’année 2019 par la visite de ce village, photographiant les plus beaux instants du travail des artisans. "Les bâtonnets d’encens sont partout. Ce qui m’impressionne vraiment, c’est la couleur. J’ai déjà vu de l’encens brûlé des milliers de fois, mais leur odeur est ce qui me reste à l’esprit", a informé ce journaliste indien.

Le cliché d’une travailleuse ramassant des bâtonnets d’encens dans une cour du village a eu l’honneur de figurer dans la liste des 100 plus belles photos du monde par la CNN. Le village ne produit pas seulement pour le pays mais aussi à destination de l’Inde, la Chine, la Malaisie et certains autres pays. Quang Phu Câu utilise environ 200 tonnes de matières premières par mois pour pouvoir produire 50 tonnes d’encens.

Village de vermicelle de Cu Dà

Photo : ST/CVN

À environ 13 km au sud de Hanoï, Cu Dà est l’un des villages de métier traditionnel les mieux conservés. Ici, les anciennes demeures de style traditionnel vietnamien, les bâtiments d’architecture coloniale française, les arbres centenaires, les pagodes et les portes du village sont préservés. Une particularité qui a attiré l’attention des journalistes de CNN. Dans l’article Vietnam’s ‘vermicelli village’ : A delicious Hanoi side trip (Village de vermicelle du Vietnam : un "délicieux voyage" à Hanoï), l’auteur Kate Springer a commenté : "Au cours du XIXe et au début du XXe siècle, le village a bénéficié d’une économie prospère, grâce à sa position sur la route commerciale le long de la rivière Nhuê. Ce succès a permis aux habitants locaux de construire et de perpétuer l’architecture typique des belles maisons, portes du village et temples". Un touriste interrogé sur l’ancien village de Cu Dà explique : "J’adore vraiment cet endroit, car vous pouvez découvrir de nombreux bâtiments d’époque. On observe un mélange d’architecture de style colonial asiatique, chinois, vietnamien et même français dans un seul et même village".

La population locale maintient ses activités traditionnelles de fabrication de vermicelles depuis 70 ans. Pour créer de délicieux vermicelles, chaque étape nécessite un travail méticuleux de la part des artisans.

À l’origine, les habitants fabriquaient des vermicelles pour leur besoin quotidien. Très vite dépassé par sa popularité, ce produit alimentaire a ouvert la voie à d’autres marchés. Chaque année, ce village fournit des centaines de tonnes de vermicelles un peu partout dans le pays.

Village de soie de Cô Chât

Photo : AFP/CVN

Le village de la soie de Cô Chât appartient à la ville de Nam Dinh, à une centaine de kilomètres au sud de Hanoï. Ses familles maintiennent ce métier traditionnel depuis plus d’un siècle. En août 2019, la beauté et l’unicité de Cô Chât a été présentée par l’Agence de presse française. La période de fabrication des fils se déroule de mars à octobre. Au terme de la saison, la soie blanche envahie le village, suspendue sur des bâtons de bambou.

Dans son article, le correspondant de l’AFP a qualifié cette soie de "gardien de l’âme du fil de soie vietnamien". Chaque jour, les locaux traitent environ 30 kg de cocons de ver à soie. Les fils sont vendus et exportés vers de nombreux pays de la région tels que le Laos et la Thaïlande.

Village de sauce soja Bân My Hào

Photo : Pham Ngoc Thach/CVN

Le village de sauce soja Bân situé dans le district de My Hào, à environ 60 km au sud-est de Hanoï, a attiré l’attention non seulement des photographes professionnels mais aussi de prestigieux magazines de voyage. Publié dans le magazine National Geographic, la photographie a immortalisé le travail de deux employés en pleine préparation pour produire la sauce soja, une spécialité vietnamienne.

Le cliché pris d’en haut par le photographe vietnamien Pham Ngoc Thach photographie, est d’un esthétisme saisissant avec cette vue sur les pots de sauce soja de différentes couleurs, soigneusement arrangés. Un artisanat qui a marqué les esprits des rédacteurs de l’un des magazines les plus prestigieux au monde et diffusé en août 2019 sur la page Instagram du National Geographic.

Hoàng Phuong - Thanh Hang/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
D Free Book et son message de partage des connaissances

Hanoï voit ses revenus du tourisme augmenter malgré le COVID-19 Bien que le tourisme au premier mois de l’année ait connu des fluctuations considérables en raison des effets des intempéries et de l’épidémie de coronavirus, les revenus du secteur à Hanoï demeurent positives.