03/03/2019 16:15
Les Norvégiens, dont le jeune prodige Jakob Ingebrigtsen sacré sur 3.000 m et Karsten Warholm sur 400 m, ont brillé samedi 2 mars lors de l'Euro d'athlétisme en salle de Glasgow, alors que les Bleus n'ont pas remporté de médaille.
>>Euro d'athlétisme: Ndama sème des promesses
>>Athlétisme: pour Coe, les Mondiaux-2019 feront "le plein" au Qatar

Le Norvégien Jakob Ingebrigtsen (centre) médaille d'or sur 3.000 m lors de l'Euro d'athlétisme en salle de Glasgow le 2 mars 2019.
Photo: AFP/VNA/CVN

"Là, vous avez vu la Norvège conquérir l'Europe", a résumé le jeune Norvégien Jakob Ingebrigtsen. Attendu, il a une nouvelle fois répondu présent en devenant à 18 ans et 164 jours le plus jeune champion d'Europe en salle de l'histoire, sur le 3.000 m. Il a été accompagné sur le podium par son grand frère Henrik (3e).

Jakob avait déjà créé la sensation l'été dernier en devenant double champion d'Europe (1.500 m et 5.000 m) à Berlin, alors qu'il n'était pas encore majeur. Il tente un nouveau doublé à Glasgow et sera l'homme à battre de la finale du 1.500 m dimanche 3 mars.

Cinquième enfant d'une fratrie de sept, Jakob et sa famille n'en finissent plus de briller sur l'athlétisme mondial en se construisant un palmarès copieux. Son frère Henrik (28 ans), 3e samedi 2 mars, est également champion d'Europe du 1.500 m (2011). Quant à l'autre frère, Filip (25 ans), il a terminé 3e des Mondiaux sur 1.500 m en 2017.

"Pro depuis 10 ans"

"Le secret est de commencer à s'entraîner dur très jeune. Je suis un coureur professionnel depuis 10 ans déjà, a expliqué en zone mixte Jakob Ingebrigtsen avec un calme et une stature déroutante du haut de ses 18 ans. C'est ça le secret. Tout le monde le connaît, mais personne ne le fait car c'est énormément de travail".

Suivi depuis ses 12 ans, comme toute sa famille, par une émission télévisée très regardée en Norvège, Jakob a en effet été élevé et entraîné depuis sa tendre enfance d'une main de fer par son père Gjert.

"J'ai su qu'il serait une star dès ses 10 ans tellement il en était convaincu lui-même, raconte le père à L'Équipe. Tout est naturel pour lui, il ne se plaint jamais, ne cherche pas la lumière, reste discret sur sa vie privée mais très à l'aise en public".

Après un début de course lent, Jakob Ingebrigtsen a appliqué sa tactique habituelle: de sa foulée particulière, les épaules très en avant, il a pris les commandes avec son frère Henrik comme garde du corps puis a progressivement accéléré jusqu'à un dernier tour supersonique où personne n'a pu le suivre, pour terminer en 7 min 56 sec 15.

"À un moment, j'ai essayé de passer mais le frère était là pour protéger le petit, a détaillé le Français Djilali Bedrani, qui échoue au pied du podium (4e). Il s'est carrément mis au couloir 3 pour pas que je passe. J'ai essayé de jouer des coudes, mais ce n'était pas facile. La médaille sera pour une prochaine fois."

Record d'Europe pour Warholm

Le Norvégien Karsten Warholm (centre) égale le record du monde du 400 m lors de l'Euro d'athlétisme de Glasgow le 2 mars 2019.
Photo: AFP/VNA/CVN

Le Britannique Chris O'Hare a pu devancer sur la ligne Henrik, le frère aîné de Jakob, mais plus d'une seconde derrière le vainqueur.
 
Jimmy Gressier (7e) et Yoann Kowal (9e) ont terminé plus loin. Les Bleus n'ont remporté, sans grande surprise, aucune médaille samedi 2 mars mais ont placé leurs pions pour dimanche: Basile Rolnin est 4e après 4 épreuves de l'heptathlon et la demi-fondeuse Rénelle Lamote s'est facilement qualifiée pour la finale du 800 m.
 
Les hurdlers Pascal Martinot-Lagarde, Aurel Manga et Wilhem Belocian feront également partie des favoris du 60 m haies.
 
Autre Norvégien en verve samedi 2 mars, le spécialiste habituel du 400 m haies Karsten Warholm (champion du monde 2017), a égalé le record d'Europe de l'Allemand Thomas Schönlebe (datant de 1988) en remportant le 400 m en 45 sec 05. La Norvège n'avait jamais gagné de titre européen en salle: elle en a remporté deux en quelques minutes samedi 2 mars.
 
Mais tous les Vikings n'ont pas été à la fête: le spécialiste des épreuves combinées Martin Roe, à la lutte pour le titre sur l'heptathlon, est rentré la tête la première dans un poteau du saut en hauteur, scène rare, saignant ensuite sur le tapis et stoppant son concours à 1,92 m.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le ravioli du village de Kênh, une saveur naturelle

Le delta du Mékong laboure le sillon de l’agrotourisme Depuis quelques années, de nouvelles formes de tourisme qui mettent un accent particulier sur le vécu authentique de la nature et de la culture s’implantent à leur rythme dans le delta du Mékong, grenier de riz du Vietnam. Les offres se sont multipliées autour du thème de l’agriculture mais cette dynamique est loin d’atteindre sa maturité.