23/10/2018 15:50
Comment appliquer de manière pertinente les technologies de l’information et les télécommunications de la 5e génération pour résoudre les problèmes du trafic routier? Venus du Royaume-Uni et des pays d’Asie du Sud-Est, des experts planchent sur cette question lors d’un séminaire international à Hanoï.
>>Efficacités remarquables des minibus à Hanoï
>>Réduction des infractions routières grâce aux 1.800 caméras de surveillance

Séance d'ouverture du séminaire international "Les solutions en technologies de l’information (TI) et en télécommunications de la génération intelligente 5G au service de la surveillance et du contrôle du trafic routier en vue de résoudre les problèmes", le 22 octobre à Hanoï.

Dans le cadre d’un programme de collaboration entre les scientifiques du Vietnam et du Royaume-Uni, le séminaire international "Les solutions en technologies de l’information (TI) et en télécommunications de la génération intelligente 5G au service de la surveillance et du contrôle du trafic routier en vue de résoudre les problèmes" est organisé au siège de l’Université des transports et des communications du 22 au 25 octobre à Hanoï.

L’événement, financé par le Fonds britannique Newton et organisé par le Bristish Council, a pour but de donner une vision générale sur les questions de la circulation dans le monde, notamment dans les pays de l’Asie du Sud-Est dont le Vietnam, et de proposer des solutions grâce aux TI et aux télécommunications de 5e génération. Ce séminaire marque également la coopération dans les recherches internationales entre l’Université vietnamienne des transports et des communications, de l’Université britannique Middlesex de Londres et plusieurs universités de l’Asie du Sud-Est.


Lors de la séance d’ouverture, le Docteur Nguyên Xuân Huân, professeur à l’Université britannique Middlesex a présenté une vue générale sur les technologies de télécommunications de 5e génération utilisées dans le monde. Selon lui, les applications de ces technologies dans le secteur des transports et des communications restent très modestes, particulièrement au Vietnam et dans l’Asie du Sud-Est où embouteillages et accidents de la route sont récurrents.  En cause?  les mauvaises infrastructures.


Photo de famille des intervenants et participants au premier jour du séminaire.

Lors du premier jour du séminaire, les experts ont souligné la nécessité d’utiliser les technologies avancées pour élaborer un système efficace de contrôle et de surveillance du trafic routier, destiné à améliorer cette situation.

Bouchons dans les pays de l’Asie du Sud-Est

Le séminaire réunit pendant quatre jours les chercheurs et professeurs des universités britanniques comme Birmingham, Glasgow, Imperial College London, Middlesex, Northumbia, Queen Mary, Ulster et Surrey, ainsi qu’une douzaine de scientifiques venus de Thailande, Malaisie, Indonésie, Singapour et Vietnam. Les participants envisagent de confronter les résultats des recherches les plus récentes dans ce domaine, et d’avancer des propositions pour trouver les meilleures solutions communes aux questions du trafic routier notamment dans les grandes villes d’Asie du Sud-Est comme Hanoï, Hô Chi Minh-Ville, Bangkok, Jarkata, Manille, Kuala Lumpur, etc.

Ils se pencheront notamment sur les signalisations de risque d’accident, le réseau d’observation, de surveillance et d’identification intelligente, les nouvelles mesures d'amélioration de la sécurité routière, etc. Au Vietnam, selon des statistiques, 35 accidents graves se produisent chaque jour causant la mort de 22 personnes et en blessant plus de 30.

Le Vietnam a besoin des solutions efficaces pour résoudre des lacunes du trafic routier. 

En outre, la pollution de l’environnement causée par les embouteillages et les gaz rejetés par les véhicules reste une question d'importance. En effet, les embouteillages constituent une nuisance de plus en plus prégnante, en raison de la progression exponentielle des moyens de transport individuels. La très forte hausse du nombre d’habitants et, corrélativement, de véhicules individuels, dépassent largement les capacités des rues actuelles et du réseau de transport public.

À quoi s’ajoutent de trop nombreux conducteurs irresponsables qui font fi des règles élémentaires du Code de la route (notamment s’arrêter à un feu rouge). Le budget annuel consacré au développement des infrastructures de voies de communication est estimé à 50.000 milliards de dôngs (2,5 milliards de dollars) pour la seule Hô Chi Minh Ville.

Trouver des solutions pour résoudre ces problèmes est vital  pour le Vietnam et pour plusieurs autres pays de l’Asie du Sud-Est.  Sans doute y parviendrons-nous, grâce à l’application des technologies avancées.

Texte et photos: Linh Thao/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Le tourisme intérieur du Vietnam devrait se redresser après le COVID-19 La résurgence du COVID-19 au Vietnam a mis de nombreux prestataires touristiques sous pression alors qu'ils essayaient de maintenir leurs entreprises à flot. Cependant, maintenant que la pandémie s’apaise, ils ont des conditions favorables pour ramener leurs affaires à la normale.