16/05/2018 15:00
Une rangée de stormtroopers, célèbres gardes de l'Empire galactique, de chaque côté du tapis rouge, et le légendaire guerrier wookie Chewbacca au milieu: l'équipe de Solo: A Star Wars Story, a monté les marches du Festival de Cannes 2018 mardi soir 15 mai.
>>Festival de Cannes: le retour de Spike Lee et Lars von Trier, Kore-Eda émeut
>>Au Festival de Cannes, une jeunesse "sans filtre" et sans clichés
>>Cate Blanchett, Penélope Cruz: tapis rouge pour les femmes à Cannes

Les stormtroopers - des guerriers revêtus de l'uniforme et du casque blanc - et le légendaire guerrier Chewbacca couvert de poils à Cannes, le 15 mai.
Photo: AFP/VNA/CVN

Aux côtés du réalisateur Ron Howard, l'acteur Alden Ehrenreich, interprète de Han Solo, Emilia Clarke (Daenerys Targaryen dans Game of Thrones), qui joue l'amie d'enfance de Han Solo Qi'ra, Donald Glover (dans le rôle de Lando Calrissian) ou Woody Harrelson (No Country For Old Men) ont posé pour les photographes, entourés des guerriers revêtus de l'uniforme et du casque blanc de combattant.

Joonas Suotamo, basketteur finlandais de 2,08 m qui interprète Chewbacca - le compagnon de route de Han Solo couvert de poils -, était également présent, pour assister à la projection de gala. Après une avant-première à Hollywood la semaine dernière, le spin-off de la saga consacré à Han Solo, incarné jusqu'ici par Harrison Ford, était montré hors compétition.

Ce nouveau film de la saga a suscité des réactions partagées: "Western galactique fun et hautement divertissant", pour l'hebdomadaire français Paris Match, le film "a moins d'ampleur que le premier film dérivé de la saga", mais "compense par un traitement +à l'ancienne+", selon Le Parisien.

L'intrigue de Solo: A Star Wars Story se situe avant l'épisode IV de la saga, sorti en premier en 1977. Ce deuxième spin-off - après Rogue One en 2016 - revient sur la jeunesse du pilote franc-tireur Han Solo allié à l'Alliance Rebelle. S'il contient de nouveaux personnages, ce film aux allures de western reprend aussi les ingrédients classiques des films de Star Wars - galerie de créatures monstrueuses, robots attachants, effets spéciaux impressionnants, scènes d'action et de poursuites menées tambour battant.

Joonas Suotamo, basketteur finlandais de 2,08 m interprète Chewbacca, à Cannes, le 15 mai.
Photo: AFP/VNA/CVN
Même s'il reste difficile de faire oublier Harrison Ford dans le rôle de Han Solo, le film nourrit aussi la mythologie de la saga en racontant notamment la rencontre entre Han Solo et son fidèle ami Chewbacca, ou les premiers pas du pilote à bord du Faucon Millenium, son vaisseau spatial.

Le Han Solo du film "contient les germes de celui que l'on connaît", a indiqué Ron Howard (Willow, Da Vinci Code). "Il n'est pas aussi cynique", a-t-il ajouté. Avec Qi'ra, "ils vivent tous les deux dans une époque dominée par le crime organisé, très dangereuse et oppressante, donc cette aventure est une recherche de liberté, de connexion avec les autres, afin de pouvoir se sentir lui-même et se trouver", a-t-il ajouté. "C'est l'histoire d'un rite de passage".

"Je pense que quand on fait sa connaissance dans ce film, c'est plutôt un idéaliste", a expliqué de son côté Alden Ehrenreich. "Et ce qui est notamment amusant dans le film, c'est de le suivre alors qu'il a toutes ces nouvelles expériences et aventures qui contribuent à le transformer en quelque sorte en l'homme que nous connaissons tous", a poursuivi l'acteur âgé de 28 ans.

En 2017, Ron Howard avait dû remplacer au pied levé ses confrères Phil Lord et Chris Miller pour diriger ce film. Ils avaient été débarqués par la société de production pour des différends dans leurs "visions créatives". Arriver sur un tournage déjà commencé "a été très difficile", a indiqué le cinéaste de 64 ans. "Ça a été un nouveau type de défi", a-t-il ajouté.

Y aura-t-il un nouvel épisode consacré à Han Solo? "Je ne sais pas. Ca n'a pas encore été discuté", a répondu Ron Howard. "Je pense que ce seront les fans qui dicteront" ce choix.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Phu Quôc a accueilli plus de 4,7 millions de visiteurs depuis 2015 Depuis 2015, le district insulaire de Phu Quôc (province de Kiên Giang, Sud) a reçu plus de 4,7 millions de visiteurs, dont 20,5% d’étrangers. Les recettes touristiques ont connu en moyenne une hausse annuelle de 42,5%.