11/06/2014 16:25
Les scientifiques de l’Institut d’écologie et des ressources biologiques ont annoncé l’apparition des réduves - de dangereux insectes - dans l’ensemble des arrondissements et districts de Hanoi. Le nombre de personnes ayant été piqués progresse rapidement.

>>Les réduves sont de plus en plus nombreux au Vietnam

 Les réduves. Photo : LD/CVN


Selon le docteur Truong Xuân Lam, directeur du Département des insectes de l’Institut d’écologie et des ressources biologiques (Académie des sciences et des technologies du Vietnam - VAST), cette année, l’apparition des réduves est plus précoce que l’an dernier. Les premiers réduves ont été découverts en mai, contre juin l’an dernier. Et au lieu de faire rage pour l’essentiel dans les fermes et les régions rurales, les réduves sont désormais omniprésents dans les villes dont Hanoi, Dà Nang et Hô Chi Minh-Ville. Leurs attaques sont de plus en plus virulentes. 

«En général, le réduve attaque l’homme entre 1 et 3 heures du matin. Comme il sécrète un anesthésique au cours de sa piqûre, l’homme n’a pas de sensation durant une quinzaine de minutes», informe le docteur Lam. 

Un ou deux jours après avoir prélevé le sang humain, une femelle peut se reproduire. Elle pond de 150 à 200 œufs. En 18 jours en moyenne, les œufs deviennent des larves, des nymphes, puis prennent leur forme adulte. Hématophages, ces derniers peuvent immédiatement s’en prendre à leur proie. Si un réduve femelle pond dans la maison, des centaines de réduves y apparaîtront au bout de 20 jours. À Hanoi, on a déjà découvert 8.000 réduves dans un seul foyer... 

Des nids de réduves sont formés dans les zones humides, en friche et peuplées de nombreuses souris - qui leur assurent une alimentation à profusion. Chaque nid abrite des centaines, voire des milliers d’insectes. 

Pas de médicament spécifique

Il n’existe pour l’heure aucun médicament ou traitement spécifique capable de soigner la piqûre. 

 


Si la piqûre est importante, enflée et accompagnée de fièvre, il faut aller consulter un médecin rapidement. 
Photo : Vietnamnet/CVN
Selon les études de l’Organisation mondiale de la santé, le réduvetriatoma est un insecte de la sous-famille triatominae. Les triatoma, comme tous les membres de cette sous-famille, sont hématophages et peuvent transmettre des maladies graves, notamment la maladie de Chagas. Jusqu’à 30% des personnes infectées de façon chronique présentent des troubles cardiaques, et jusqu’à 10% des troubles digestifs, neurologiques ou les deux à la fois, ce qui impose un traitement particulier.

Dans les années 60, entre7 et 8 millions de personnes dans le monde, principalement en Amérique latine, ont été infectées. 

«Au Vietnam, aucune étude sur le mécanisme de transmission de la maladie n’est réalisée. Quelques médicaments peuvent être utilisés pour le traitement mais leur effet reste limité», indique le docteur Lam. 

Afin de se prémunir des réduves, les scientifiques conseillent à la population de maintenir leur environnement propre, en particulier le logement. En cas de petite piqûre, il suffit de la laver à l’eau salée, puis d’utiliser une crème antiseptique en s’abstenant de la gratter. Si la piqûre est importante, enflée et accompagnée de fièvre, il faut aller consulter un médecin rapidement. 

Duy Minh/CVN




Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.