05/02/2010 01:17
Tandis que les Vietnamiens dans le pays se consacrent à préparer le Têt tout proche, les Viêt kiêu (Vietnamiens d'outre-mer) brûlent d'impatience en attendant les produits aux noms évocateurs du Têt, en provenance du pays natal.
Chez les producteurs et exportateurs, le personnel doit travailler la nuit entière pour livrer et expédier à temps les marchandises telles que riz, riz gluant, fruits, galette soufflée... destinées aux Viêt kiêu. Il en est ainsi de la Société par actions de produits agricoles Ngoc Ngân, district de Cai Bè, province de Tiên Giang (delta du Mékong), où tous les ouvriers travaillent même la nuit depuis le 27 janvier, pour traiter et emballer 10 tonnes de longanes, de pamplemousses, de mangues et de prunes qui doivent être exportées vers Singapour. "Ces 2 dernières semaines, tous nos employés ont travaillé tard afin de pouvoir livrer à temps 5 conteneurs de plus de 100 tonnes de fruits, des spécialités de Tiên Giang, dont la destination ultime est l'Italie. Sur place, la société MC & S qui nous a passé la commande, travaillera avec les associations des Vietnamiens de plusieurs pays d'Europe pour les distribuer avant le Têt", fait savoir Nguyên Xuân Huy, directeur de la société Ngoc Ngân.

De même, l'entreprise Long Uyên, basée dans la zone industrielle de My Tho, travaille activement pour traiter et emballer des piments, du gingembre, des fruits du dragon (très utilisés par les Viêt kiêu et les Chinois à l'occasion du Têt) afin de les exporter en Corée du Sud, en Malaisie et à Singapour.

Des produits variés

"Malgré la crise économique, la demande en spécialités du Têt par les Viêt kiêu, tels que gâteau carré de riz gluant (banh chung), bûche de riz gluant farcie et cuite à la vapeur (banh tet), confiture... ne baisse pas. En 2009, notre société a exporté une dizaine de conteneur de telles spécialités, soit une hausse de 10-15 sur 2008", déclare Quach Hung Tong, directeur général de la société Hai Minh de Hô Chi Minh-Ville. En ce moment, ses 150 ouvriers doivent travailler jour et nuit pour satisfaire aux commandes des États-Unis, d'Australie et de Nouvelle-Zélande.

Les spécialités du Têt effectivement vendues à l'étranger aux Viêt kiêu sont de plus en plus variées. Cette année, la sarl Dông Thap exportera au total 15 conteneurs de 300 tonnes de confitures en Europe. Selon un représentant de cette société, le premier lot a été acheminé par voie maritime en octobre dernier. Outre les produits tels que banh tet, banh chung, banh it, banh da lon, la société fournit cette année du xôi gâc (riz gluant à la momordique). Tous ces produits sont congelés.

Pour sa part, l'Entreprise de vivres de Tiên Giang a exporté ces 2 derniers mois près de 4.000 tonnes de riz des marques Chin con rông et Huong Viêt, ainsi que 200 tonnes de galettes soufflées de Thuân Binh.

Concernant les confitures, Thành Long, une marque désormais très renommée, exporte annuellement 5-10% de sa production en Europe. Selon Ngoc Thuy, propriétaire de Thành Long, ses 3 principaux produits sont la noix de coco, le gingembre et la bénincase confite.

Pas seulement pour les Viêt kiêu

Outre les nombreux marchés traditionnels des Viêt kiêu comme les États-Unis, l'Australie..., les destinations pour ces produits se multiplient. Selon Nguyên Phung Hoàng, directeur de l'entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée Bà Giao Khoe 55555, les commandes de produits séchés par des entreprises taïwanaises ont connu cette année une hausse de 30-40%. "On achète des spécialités pour les offrir aux femmes vietnamiennes mariées à un taïwanais et qui ne peuvent pas retourner au pays pour le Têt", explique M. Hoàng.

Ces dernières années, les spécialités du Têt ont aussi de plus en plus d'amateurs qui ne sont pas des Viêt kiêu. Selon Quach Hung Tong, plus de 800 produits vietnamiens des marques Cô gai Viêt Nam et Quê huong sont sur les rayons des supermarchés des Vietnamiens ou de Costco (une chaîne de grande distribution) aux États-Unis. "Les Américains d'origine asiatique, dont les Chinois, Cambodgiens, Thaïlandais... apprécient particulièrement les spécialités vietnamiennes. Et malgré la concurrence avec les marchandises thaïlandaises, les produits vietnamiens sont préférés pour leur qualité comme pour leur prix", explique M. Tong.

Tùng Chi/CVN
(05/02/2010)
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Le Le tourisme humanitaire, aussi appelé "volontourisme", est une forme de voyage qui concilie mission humanitaire et tourisme. Il se développe au Vietnam, notamment dans les localités montagneuses du Nord.