27/04/2020 11:29
Les cours pétroliers ont baissé lundi 27 avril en raison des inquiétudes persistantes concernant les capacités de stockage alors que le coronavirus contracte la demande, même si les producteurs s'apprêtent à réduire la production pour stimuler les marchés.
>>Le pétrole confirme sa hausse en Asie
>>Chute historique du pétrole américain, faute de stockage aux États-Unis
>>Asie : le baril de brut américain sous les 15 USD, chute de près de 20%

Les signes positifs constatés dans la lutte contre la maladie de COVID-19 ont empêché les prix de chuter trop fortement. Photo : Xinhua/VNA/CVN

Le prix du pétrole West Texas Intermediate (WTI), référence sur le marché américain, était en baisse de 5,5% à 16 dollars le baril. Celui du baril de Brent de la mer du Nord, référence sur le marché international, cédait 1,4%, à 21,14 dollars. Les prix se sont effondrés ces dernières semaines en raison de la chute de la demande provoquée par des blocages et restrictions de voyage imposées à travers la planète pour lutter contre l'épidémie de coronavirus.

Lors de la semaine écoulée, le WTI s'est même aventuré en terrain négatif lors de deux séances, avant de rebondir. Le souci actuel porte sur les installations de stockage, notamment aux États-Unis, qui n'ont pas les capacités de répondre à l'offre excédentaire. "L'inquiétude à propos de l'augmentation des stocks mondiaux, en particulier aux États-Unis, où la pandémie de coronavirus pèse sur la consommation d'essence, entraîne une pression sur les prix du pétrole", a expliqué Kim Kwangrae, analyste des matières premières chez Samsung Futures Inc, sur Bloomberg News.

Les inquiétudes persistantes concernant le stockage ont éclipsé l'imminence de la réduction de la production. Les pays producteurs de pétrole rassemblés au sein de l'OPEP et leurs partenaires se sont mis d'accord en avril pour réduire de quelque dix millions de barils par jour leur production à partir du mois de mai. Cet  accord marquait la fin de la guerre des prix qui opposait la Russie et l'Arabie saoudite.

Selon les analystes, les signes positifs constatés dans la lutte contre la maladie de COVID-19, comme les plans de réouverture partielle de l'Italie et de New York, ainsi que le fléchissement des taux de mortalité dans les pays les plus durement touchés, ont empêché les prix de chuter trop fortement.


APS/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Le Vietnam accueille 3,73 millions de touristes étrangers en cinq mois Le nombre total de touristes étrangers venus au Vietnam entre janvier et mai a régressé de 48,8% par rapport à la même période de 2019, a fait savoir l’Office général des statistiques du Vietnam (GSO).