13/05/2020 19:59
Les Philippines ont annoncé le 12 mai un assouplissement des restrictions sur les activités économiques dans leur capitale, Manille, à partir du 16 mai, tout en prolongeant le verrouillage de l'île principale de Luzon pour endiguer l'épidémie de coronavirus.
>>Les exportations philippines de produits agricoles en hausse au 1er trimestre
>>L'inflation aux Philippines ralentit en avril
>>Philippines : suspension des vols de passagers entrants pendant une semaine

À Quezon, Philippines le 30 mars. Photo : Xinhua/VNA/CVN

Le porte-parole présidentiel, Harry Roque, a déclaré que certains secteurs manufacturiers de la capitale seraient autorisés à redémarrer jusqu'à 50% de leurs effectifs, les transports publics devant en partie reprendre. Davantage de mouvements de personnes seront autorisés dans les autres zones de Luzon, où les protocoles de quarantaine seront assouplis.

Les travailleurs de ces zones seront autorisés à sortir et à travailler, mais par étapes. Tous les aéroports et ports maritimes de ces zones resteront ouverts, mais uniquement pour le transport de marchandises.

Luzon est en confinement strict depuis le 16 mars, jour où le président Rodrigo Duterte a déclaré un "lock-out" dans toute l'île en raison de l'augmentation des cas de virus. Duterte, dans un communiqué publié plus tôt, a averti que l'assouplissement envisagé ne signifiait pas que le COVID-19 a disparu.

Le président a également souligné que le pays ne pouvait pas se permettre une nouvelle vague d'infection. L'Autorité nationale de gestion des catastrophes d'Indonésie (BNPB) mène l'installation de laboratoires mobiles dans les aéroports, les ports maritimes et les frontières à l'échelle nationale pour détecter le virus qui provoque le COVID-19.

S'exprimant lors d'une audience en ligne devant la commission des affaires sociales et religieuses de la Chambre des représentants le 12 mai, le secrétaire du BNPB, Harmensyah, a déclaré que l'Indonésie était prête à rapatrier ses citoyens bloqués à l'étranger.

Prélèvement de l'échantillon de COVID-19 à Surabaya, Indonésie, le 11 mai 2020. Photo: AFP/VNA/CVN

Selon les statistiques officielles, depuis l'épidémie, l'Indonésie a accueilli environ 90 000 travailleurs revenus de l'étranger. Des dizaines de milliers de citoyens - pour la plupart des pêcheurs, des étudiants et des pèlerins - continueront d'être rapatriés ce mois-ci ou en juin.

Cependant, dans les aéroports et les ports maritimes, les citoyens revenus de l’étranger ne sont actuellement soumis qu'à un examen de la température corporelle, à des tests rapides de détection d'antigène dans le sang et à des enquêtes épidémiologiques cliniques. Cela fait craindre que ces personnes ne propagent le virus. C’est pour cette raison que des laboratoires mobiles sont installées dans les aéroports, les ports maritimes et les frontières à l'échelle nationale.

Lors de l'appel téléphonique du même jour avec le ministre indonésien de la Défense, Prabowo Subianto, le ministre chinois de la Défense, Wei Fenghua, a déclaré que Pékin "soutiendrait fortement" les efforts de combattre le COVID-19 de Jakarta.

Pour sa part, M. Prabowo a exprimé sa gratitude pour le soutien et l'assistance de l'armée chinoise et a souligné que Jakarta appréciait les réalisations et la contribution de la Chine à la coopération mondiale dans le combat contre la pandémie.

VNA/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Quang Tri souhaite relancer le tourisme après la distanciation sociale Le tourisme maritime et insulaire de la province de Quang Tri commence doucement à se remettre sur pied à la suite de la longue période de distanciation sociale causée par la pandémie de COVID-19. Plusieurs sites touristiques rouvrent leurs portes afin d’accueillir les visiteurs.