11/10/2019 17:52
"Si la nostalgie du passé vous retient, Les papiers sont ce qui rafraîchit ma mémoire". Mon grand-père était journaliste. Quand j'étais petite, il me rancontait des choses passionnantes sur le journalisme - un métier très noble. Pour lui, les journaux en soit sont des âmes parce qu'ils transmettent l'esprit des journalistes qui s'y sont consacrés corps et âme.
>>La pègre virtuelle - une véritable inquiétude pour les jeunes
>>Concours 2019 : Tourisme communautaire, le Mékong vous attend sous une nouvelle vue !
>>La beauté des dents noircies dans l'histoire vietnamienne

Les journaux sont postés sur le tableau d'affichage de la Maison de rédaction du journal +Hà Nội Mới +.
Mon grand-père m’a fait savoir que le premier journal du Vietnam était paru en 1865 à Sai Gon, intitulé Gia Dinh Bao, mais que le premier journal en langue nationale du Nord était Dai Viêt Tân Bao. Quand mon grand-père était jeune, c'était génial d'avoir de l'argent pour acheter des journaux en papier.

À l'époque, les journaux en papier étaient précieux parce qu’ils aidaient les gens à saisir toutes les informations. C'était comme un plat spirituel pour chaque personne, une habitude quotidienne qu'il était difficile à abandonner. Mon grand-père était tellement passionné par la lecture des journaux qu’il a décidé de se lancer lui-même dans le journalisme. Il était spécialisé dans la rédaction d’articles sur la vie quotidienne ou familiale des gens. Il m’a raconté que dès qu'il avait commencé le travail de journaliste, il savait combien ce métier était difficile et dangereux afin d’obtenir et de fournir les nouvelles les plus précises et les plus récentes.

À l’époque, la vie était encore difficile, les journalistes devaient se rendre dans des endroits pour collecter des informations à vélo ou à pied. Le stylo et le cahier étaient les objets indissociables des journalistes. Il manquait de moyens pour enregistrer des documents sonores, les plus chanceux disposaient d’un appareil photo en noir et blanc. De plus, faute d’imprimante, les gens devaient écrire les articles à la main. Par conséquent, dans chaque mot du journaliste de cette époque, il y avait de la sueur, des efforts et des émotions. Depuis l'apparition des machines à écrire et des imprimantes, les conditions de réalisation d’un journal se sont vues grandement améliorées.

Un journal avec des nouvelles intéressantes et riches. 

À l’heure actuelle, tout est différent, la technologie moderne est en constante évolution, il existe de nombreuses installations électriques pour aider les journalistes à effectuer leurs tâches comme les ordinateurs, imprimantes, "smartphones", caméras…

Grâce à ces technologies, les journalistes économisent beaucoup de temps et d’efforts lors de leurs travaux de  rédaction. 

L’amour de mon grand-père envers son métier m'a beaucoup inspiré. Depuis que mon grand-père n'est plus avec moi, plus personne ne me raconte les histoires du passé mais  je garde toujours l'habitude d'aller acheter des journaux. Je vois cette pratique comme une chose qui a du sens et qui m'aide à me détendre après une journée fatigante. Je lis souvent le journal Tuôi Tre et le journal Hoa Học Trò, les deux journaux les plus connus qui attirent de nombreux jeunes lecteurs.

Aujourd'hui, la technologie est très développée, les journaux électroniques apparaissent de plus en plus, remplaçant les journaux en papier. J’en suis triste mais j’en suis aussi contente. Triste parce que le journal en papier est une tradition qui existe depuis longtemps, mais qui se perd, il comporte le souffle et l’âme des rédacteurs. Certes, la transition des journaux en papier en journaux électroniques ne s’est pas faite en un jour car il n'est pas facile de changer les habitudes. Petit à petit cependant, les journaux en papier deviennent de plus en plus rares.

Un vieux journal. 

Dans ma ville natale, si je veux acheter un journal, je dois faire un long trajet. La plupart des journaux en noir et blanc ne sont maintenant lus que par des personnes âgées. Les journaux qui leur sont attachés sont généralement Nhân Dân, An Ninh, ... Les gens perdent peu à peu l'habitude d’acheter un journal et utilisent plutôt leur "smartphone", leur ordinateur portable,... pour s’informer. En effet, la technologie moderne permet de diffuser des informations partout dans le monde. Le journal en ligne est en fait très efficace, il permet de rechercher rapidement des informations sans dépenser un sou. La technologie offre rapidité, économies de temps et de finance. Je suis également favorable aux nouvelles technologies, mais je suis un peu nostalgique car on perd peu à peu un trait culturel, un charme culturel du passé. Par ailleurs, les gens semblent être de plus en plus dépendants de cette technologie.

Chaque fois que je conduis sur la route, que je rencontre quelqu'un lisant un journal, je souris de joie, car ainsi je sais que les journaux vivent toujours, qu’il y a encore des gens qui aiment lire des journaux comme moi. Pendant mon temps libre, je visite souvent la Maison de rédaction du journal Hà Nội Mới pour lire des journaux postés sur des tableaux d'affichage. Je ressens toute l’énergie et la passion des journalistes qui essaient de nous apporter des informations, de nous partager de bonnes leçons de vie. C'est une profession noble et respectable. J'espère que le journalisme se développera de plus en plus, contiendra de meilleurs articles et diffusera des informations plus pratiques pour les lecteurs.

En ce moment, l’automne est de retour à Hanoï, rien n’est mieux que de tenir un journal à la main en sirotant une tasse de café, respirant le léger parfum des fleurs de lait, se libérant l’âme au travers des rubriques intéressantes du journal. Il est si confortable de lire un journal en méditant sur la vie. C’est ainsi que je trouve notre vie si belle!

Texte et photos : Thu Thuy/CVN

Est-ce votre article préféré ? 
Oui
Non

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Franconomics 2019 : entreprises, universités et localités se relient

Le yacht français Le Lapérouse en escale à Hô Chi Minh-Ville Le yacht cinq étoiles de la série Explorers, Le Lapérouse, battant papillon français, a jeté l’ancre à Hô Chi Minh-Ville et y restera amarré pendant plusieurs jours. Il s’agit de la première visite de ce navire touristique dans la mégapole du Sud.