16/02/2021 16:43
Les membres de l’ethnie minoritaire O Du célèbrent le Nouvel An lorsqu’ils entendent le premier coup de tonnerre. Il signale la nouvelle année ainsi que le temps de commencer une nouvelle récolte. Les O Du maintiennent toujours cette tradition.
>>L’Aza, la fête du riz nouveau des Pa Cô
>>La fête du "soufflage d’oreille" des Bahnar

Des femmes O Du préparent une offrande pour la célébration du tonnerre. Photo : VOV/CVN

Les O Du du hameau de Vang Môn ont déclaré que leurs ancêtres utilisaient des phénomènes naturels pour marquer le temps. Une nouvelle année commence quand ils entendent le premier coup de tonnerre et se termine après le dernier coup de tonnerre. Mac Thi Tim, une femme O Du de ce hameau, a déclaré : "Nos ancêtres vivaient dans la forêt et les montagnes. Ils n’avaient ni calendriers, ni radios, ni journaux. Ils dépendaient du tonnerre".

La cérémonie du tonnerre est l’une des plus anciennes coutumes de l’O Du. Ils  battent les gongs pour rassembler tous les villageois pour une célébration du Nouvel An. Ils préparent buffles et cochons pour adorer les divinités et prier pour le bonheur.

Le jour du premier coup de tonnerre, ils organisent des cérémonies pour reconnaître les dignitaires et les chamanes du village, changer les noms des hommes adultes pour marquer leur maturité et nommer les nouveau-nés. Les O Du dépendent du tonnerre depuis leur naissance jusqu’à leur mort. Le tonnerre sauve les âmes des morts, ont-ils dit.

Souhaiter la santé et la paix

Une veuve ou un veuf, qui veut se remarier, attend le premier coup de tonnerre pour organiser un rituel demandant la permission au défunt. Au cours de la cérémonie du tonnerre, un chaman, au nom des villageois, prie les divinités et les ancêtres de leur accorder une météo favorable, de bonnes récoltes, la santé et la paix.

Les O Du célèbre le Nouvel An lorsqu’ils entendent le premier coup de tonnerre. Photo : CTV/CVN

"En entendant le premier coup de tonnerre, les villageois préparent du poulet, des cochons, des écureuils et des rats pour les offrir aux ancêtres et au dieu du tonnerre. Nous offrons également de l’alcool de riz et d’autres plats aux divinités et prions pour la  chance au cours de la nouvelle année", a partagé Mme Tim. 

Lo Van Cuong, du hameau de Vang Môn, a déclaré que les familles préparent la nourriture et invitent leurs voisins à un repas pour célébrer la nouvelle année. Les offrandes sont placées sur des plateaux en rotin. Un chaman accueille les rituels chez le témoin des villageois.

"Selon les conditions de la famille, on prépare porcs, coqs, écureuils, rats, poisson, vin, gâteaux de riz gluant et riz cuit à la vapeur dans des tubes de bambou. Nous organisons la nourriture sur deux plateaux", a dit M. Cuong. 

Les familles gardent les pattes du coq et les donnent à un chaman qui les utilise pour raconter l’avenir de la famille. Les O Du disent que le coq est le premier animal qui chante après le premier coup de tonnerre. Il transmet les messages du dieu du tonnerre aux gens.

Après le culte, tous les villageois mangent la nourriture ensemble et dansent aux sons des gongs, des tambours et des instruments de musique en bambou. Le premier festival du tonnerre dure souvent cinq à sept jours. 
 
CPV/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les feuilles de lotus, une source d’inspiration infinie pour un jeune peintre