23/11/2018 08:05
Le Vietnam dispose d’un réseau de musées très diversifié. S’ils remplissent bien leur mission de préserver et de diffuser l’œuvre patrimoniale, ils connaissent une certaine désaffection de la part du public. Solutions d’experts.

>>Le Musée d’ethnographie, une destination prisée à Hanoï
>>Des collections à conserver

Le Musée de Hanoï figure, avec sa forme de pyramide renversée, dans la liste des plus beaux musées du pays.

Vers 10h00 un samedi matin. Le Musée de Hanoï, situé rue Pham Hùng, à 10 km du centre-ville, est très calme. Au 3e étage où sont exposés des documents et des objets offerts par des organisations et individus, un employé somnole dans un coin de la salle. Plus loin, un autre a les yeux rivés sur l’écran de son smartphone. Le public est très clairsemé, avec une dizaine d’enfants accompagnés de leurs parents. Les gamins s’amusent et, parfois, jettent un œil distrait sur les objets.

En perte de vitesse

"Ce musée est vaste et beau. Parfois, j’y amène mon enfant, mais pour jouer seulement car il est bien trop petit pour s’intéresser aux objets, partage M. Hùng, domicilié tout près du musée. Je trouve que la collection n’est pas diversifiée et qu’il n’y a pas beaucoup d’objets précieux. De plus, l’espace et la présentation sont un peu austères à mon goût...".

"Je travaille tout près ici. C’est la première fois que je viens ici avec mes deux enfants. C’est bien triste de voir un musée comme celui-ci aussi désert", déplore Nguyên Thu Hà, de l’arrondissement de Dông Da.

Un employé du Musée de Hanoï informe que celui-ci couvre plus de 50.000 m² et figure, avec sa forme de pyramide renversée, dans la liste des plus beaux musées du pays. Il n’est vraiment animé que lorsque des écoles y organisent des sorties. 

"Actuellement, faute de visiteurs, les 1er et 4e étages sont réservés à la location pour organiser des événements privés. Le 2e est fermé pour réorganisation. Il n’y a que ce 3e étage qui fonctionne encore", informe-t-il.

Situation guère différente au Musée des beaux-arts du Vietnam, situé rue Nguyên Thai Hoc, à Hanoï. Bien qu’il soit un musée national exposant de nombreuses peintures et sculptures de haute valeur, il n’accueille que très peu de visiteurs. Cinq mille par an, selon son directeur Nguyên Anh Minh, pour la plupart des étrangers. Peu de Vietnamiens s’intéressent à l’art.

Changer de look

Au 3e étage du Musée de Hanoï, le public est très clairsemé.

Comment faire pour être plus attractif? Une question récurrente pour les musées vietnamiens qui sont actuellement plus de 160 - publics et privés.

"J’ai visité de nombreux musées. Ils ont tous de belles collections mais leur présentation est austère et ennuyeuse. Peu disposent d’un système d’accompagnement des visiteurs pour une mise en perspective historique, informe le Docteur Trân Huu Son, directeur de l’Institut de la culture folklorique appliquée. Il faut, selon moi, à la fois rajeunir et moderniser l’image des musées pour attirer de nouveaux publics".

"Les musées sont une composante essentielle par leur offre culturelle et artistique, attirant certes les visiteurs vietnamiens épris de culture, mais constituant également une offre culturelle diversifiée qui contribue fortement à l’enrichissement de l’offre touristique culturelle du pays”, estime  M. Son. 

Pour redevenir des destinations de choix du public, les musées doivent tout d’abord élaborer des stra-tégies de développement concrètes, selon l’orientation "nouvelle approche - nouveau public".

Concrètement, les musées doivent revoir leur manière de fonctionner, changer de look, renouveler la conception de leurs expositions et la présentation de leurs collections. "Tout l’art de l’exposition est de faire revivre les objets dans leurs époques respectives", affirme le Docteur Trân Huu Son.

Il faut aussi élaborer des campagnes de communication pour attirer le public, et renforcer la coopération entre les musées dans ce domaine. M. Son suggère aussi de discuter avec les voyagistes afin d’élaborer des programmes visant les étrangers, de publier des imprimés présentant leurs activités.

Pour Nguyên Thi Vân Anh, directrice du voyagiste Hanoi Redtours, "les musées doivent devenir des destinations attrayantes, menant à bien leurs missions d’éducation au patrimoine, d’amélioration des connaissances du public, par le biais d’événements thématiques notamment".

Pour sa part, Nguyên Thi Kim Khanh, cheffe de cabinet de l’Association de la formation touristique du Vietnam, propose aux musées vietnamiens d’amorcer leur transformation digitale. À la clé, la possibilité d’attirer un public en quête de modernité et d’expériences.

La réalité virtuelle, les visites guidées via smartphone ou la création de parcours indivi-dualisés sont autant d’exemples engageants qui transforment le visiteur en l’acteur de son expérience inoubliable. Le musée doit devenir ce lieu d’interactivité que le public du XXIe siècle attend.

Texte et photos:  Huong Linh/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Hanoï attache une grande importance à l'expansion du marché du tourisme international Le 11 décembre, le chef adjoint du Service du tourisme de Hanoï, Nguyên Anh Dung, a déclaré qu'en 2018, le secteur du tourisme avait affirmé son rôle et sa position en tant que secteur économique majeur ayant une croissance stable. Ce qui contribue efficacement à la restructuration économique de la ville.