25/10/2018 09:28
Des milliers de migrants, essentiellement des Honduriens, ont repris mercredi 24 octobre leur progression vers les États-Unis à travers le Mexique, marchant vers la localité de Mapastepec, dans l'État du Chiapas (Sud), qu'ils espéraient atteindre après douze heures de marche.
>>Migrants: le Honduras promet des emplois à ceux qui reviennent
>>Les migrants honduriens vers les États-Unis font une pause au Mexique
>>Migrants: Trump coupe les aides à trois pays d'Amérique centrale

Un bébé hondurien se rendant avec sa famille dans une caravane aux États-Unis est traité par un médecin pour sa déshydratation lors d'une escale dans le sud du Mexique. Photo: AFP/VNA/CVN

Dès l'aube, les migrants ont quitté Huixtla, où ils avaient fait une pause d'un jour pour tenter de reprendre leurs forces, de se laver ou se soigner après avoir pour certains déjà parcouru 800 kilomètres depuis le départ de cette "caravane" le 13 octobre. "Mon pays me manque", commente Delmer Martinez, un migrant du Salvador. "Je ne fais pas ça par plaisir. Personne n'a envie de quitter son domicile pour un endroit inconnu. Mais parfois, par nécessité on doit le faire, à cause de ce qui se passe dans nos pays".

Sous une chaleur éprouvante, les migrants marchent en portant leurs affaires sur le dos, certains avec des enfants dans les bras, ou leur tenant la main. "Allez les frères, continuez!" les encouragent sur le chemin des Mexicains qui leur donnent aussi de la nourriture et de l'eau.  "Mexico! Mexico!" leur lancent en retour ces migrants.

Sale boulot

La "caravane" a déjà parcouru environ 100 kilomètres depuis la frontière entre le Mexique et le Guatemala, où elle a submergé plusieurs barrières frontalières vendredi 19 octobre.

Des migrants honduriens voyageant dans un camion en direction de la frontière américaine reçoivent des dons de nourriture dans la ville mexicaine d'Acacoyagua, dans l'État du Chiapas. Photo: AFP/VNA/CVN

Fuyant la violence criminelle, l'instabilité politique ou la misère, les migrants affichent leur détermination d'atteindre les États-Unis en dépit des déclarations du président américain Donald Trump qui s'est engagé à les stopper en déployant au besoin son armée à la frontière, et a menacé de couper les aides versées aux pays d'Amérique centrale. Environ 7.000 migrants font partie de cette caravane, selon l'ONU, dont une vaste majorité proviennent du Honduras.

Stoppés vendredi 19 octobre par des centaines de policiers mexicains anti-émeute, ils ont pour la plupart préféré traverser le fleuve Suchiate à la nage ou sur des embarcations pour entrer au Mexique. Depuis, sur différentes tronçons du trajet, ils ont été escortés par des policiers fédéraux et survolés par des hélicoptères, sans toutefois que les autorités ne tentent de les bloquer. "Le Mexique n'a pas à faire le sale boulot pour les États-Unis" a commenté mardi soir 23 octobre sur CNN, l'ancien ministre mexicain des Affaires étrangères, Jorge Castaneda.

Face aux migrants qui ne veulent pas demander l'asile au Mexique, "il y a deux options pour le Mexique: les expulser ou les laisser poursuivre" a-t-il expliqué. "En aucune façon le gouvernement mexicain, actuel ou futur, ne peut expulser 7.000, 8.000, ou 9.000 personnes". Selon le gouvernement mexicain, 1.700 personnes faisant partie de la caravane ont déposé une demande d'asile au cours des derniers jours. Les migrants doivent encore parcourir environ 3000 kilomètres pour atteindre la frontière américano-mexicaine.

AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Du fil de cuivre à l’œuvre d’art

Un portail d’information sur le tourisme intelligent de Phu Yên et Hà Nam La province centrale de Phu Yên a officiellement mis en service son portail d’information sur le tourisme qui est également accessible sur les smartphones utilisant IOS et Android.