29/12/2017 16:57
Le début d'année s'annonce tendu dans le secteur de la métallurgie en Allemagne, le syndicat IG Metall menaçant de grèves pour arracher un droit à une semaine de 28 heures avec une perte de salaire limitée.
>>GM&S : la CGT appelle la filière automobile à une grève solidaire le 18 juillet
>>Les salariés doivent profiter de la reprise, selon la chancelière allemande Merkel

Le syndicat IG Metall menace de grèves pour obtenir un droit à une semaine de 28 heures. Photo : AFP/VNA/CVN

Si les partenaires sociaux ont entamé dès l'automne des négociations, qui concernent quelque 3,9 millions de salariés, ils rentreront dans les détails en janvier, après l'expiration le 31 décembre du précédent accord salarial et de facto de la trêve qui interdit tout conflit social.

Les compromis conclus dans ces branches essentielles de la première économie européenne, comme l'automobile, les machines-outils ou l'électronique, ont souvent vocation à servir de modèle pour les autres secteurs.

Après les premiers pourparlers, où conformément à une tradition bien rodée, chacun a exposé ses réclamations, les nerfs sont déjà à vif.

Au lendemain de Noël, le patron d'IG Metall - plus grande organisation syndicale d'Europe - a annoncé des débrayages dans toutes les régions à partir du 8 janvier.

"Si les employeurs ne révisent pas leur position d'ici la fin janvier, alors nous réfléchirons à l'opportunité de recourir à des débrayages sur 24 heures ou d'organiser un vote pour des grèves dans tout le pays", a déclaré Jörg Hofmann mardi à l'agence allemande DPA. Cela ne s'est pas produit depuis 2002.

"Paillassons"

IG Metall veut permettre à des salariés de réduire leur temps de travail de 35 à 28 heures, mais sans perdre la totalité du salaire pour ces 7 heures travaillées en moins. Photo : AFP/VNA/CVN

IG Metall veut une augmentation salariale de 6%, Gesamtmetall propose 2%. Rien d'inhabituel. En général, les parties se retrouvent à mi-chemin.

Les vrais raisons de la colère du syndicat portent sur le rejet catégorique par les employeurs de son projet de semaine de 28 heures.

Il ne s'agit pas d'un modèle similaire à la semaine des quatre jours en vigueur entre 1994 et 2006 dans les usines allemandes du constructeur automobile Volkswagen, dont l'objectif à l'origine était de sauver des dizaines de milliers d'emplois.

La formule, limitée à une période de deux ans, prévoit aussi l'assurance de revenir à un emploi à plein temps.

On a toujours demandé plus d'efforts aux travailleurs, "l'heure est venue d'exiger plus d'autodétermination pour adapter les heures de travail à leur situation personnelle", a argumenté le chef du syndicat lors d'une rencontre avec la presse en octobre à Francfort.

Les salariés ne veulent pas être toujours "les paillassions de la flexibilisation", a-t-il martelé, pointant les bénéfices en forte hausse dégagés par les industriels qui ne doivent pas récompenser les seuls actionnaires.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville