14/06/2014 22:48
Manque d’équipements et vétusté des infrastructures, les médecins et infirmières de Truong Sa (Spratly) ont tout surmonté pour sauver la vie de centaines de pêcheurs et soldats. Les histoires du docteur Nguyên Duy Ngoc témoignent du dévouement de ces personnes.
Une opération à l'infirmerie de Truong Sa Dông. Photo: TT/CVN


Le médecin, lieutenant Nguyên Duy Ngoc et une équipe de l'hôpital 7A de la Région militaire No7 ont été mobilisés pour travailler à l'île de Truong Sa Dông pendant un an, de 2012 à 2013. Durant ce laps de temps, ils ont guéri des centaines de cas dont certains très graves et effectué des chirurgies en urgence. Les patients sont des soldats transférés des îles voisines et des pêcheurs en activité en mer.

"Bien que nous ayons été formés à l'hôpital, le mauvais état des équipements de l’infirmerie nous a inquiété. Avec le temps, nous nous sommes habitués à la situation. Chaque cas est une histoire à part entière qui nous permet d’acquérir de l’expérience", précise M. Ngoc.

Des situations d’urgence

Le médecin se souvient du cas du pêcheur Nguyên Thanh Trung, 37 ans, habitant de la commune de Binh Chanh, district de Binh Son, province de Quang Ngai (Centre). "Alors qu’il pêche au large, Trung a mal au ventre. Il est alors transféré à l’île de Da Tây. Le verdict tombe : c’est une appendicite aiguë. L’île de Da Tây ne dispose pas d’infirmerie ni de salle d’opération. Le patient doit être transféré à Truong Sa Dông. Ce jour-là, une mer agitée, des vents forts et de hautes vagues empêchent l’arrivée du bateau. Grâce aux efforts des soldats, un canot transportant le patient parvient à l’île. Mais c’est un cas difficile, la chirurgie dure plus de trois heures".

L’infirmerie de Truong Sa Dông a traité d’autres cas d’appendicite aiguë en urgence, sans oublier un pêcheur tombé dans le coma à cause de la pression lors d’une plongée trop en profondeur.

De véritables généralistes

Partageant ses expériences sur les traitements administrés, le médecin Ngoc souligne que dans des conditions difficiles, comme l’absence d’échographe ou d’appareils pour effectuer des tests... les médecins doivent se servir d’objets à disposition mais aussi de leur expérience pour établir des diagnostics. "Chaque patient manifeste différents symptômes, les cas sont différents. Au cours du traitement, nous devons les examiner soigneusement à l’aide de nos propres yeux et oreilles".

Le médecin Nguyên Duy Ngoc examine une patiente à l'infirmerie de Truong Sa Dông. Photo: TT/VNA/CVN


"Les accidents dont sont victimes les soldats et pêcheurs lors de leurs sorties en mer sont imprévisibles, notamment à la saison des tempêtes. Ainsi, les médecins en service sur l’île doivent toujours être prêts à surmonter les difficultés pour soigner les patients. Heureusement, les soldats et habitants de Truong Sa nous considèrent comme des proches de la famille", confie Ngoc.

Actuellement, toutes les îles de Truong Sa disposent de médecins et d’infirmières en charge des soins des soldats et des pêcheurs. Toutefois, seules les îles de Truong Sa Lon, Song Tu Tây, Son Ca, Nam Yêt, Truong Sa Dông, Phan Vinh et An Bang ont leur infirmerie. Chaque établissement dispose de deux à quatre médecins. Ces derniers deviennent de véritables généralistes, car ils doivent examiner et traiter tous les cas, passant des plus simples, tels que des douleurs articulaires, aux plus compliqués avec des hypertensions artérielles, maladies cardiaques et autres opérations d’urgence.

Duy Minh/CVN
 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Quang Ninh accueille 10 millions de touristes de janvier à septembre Selon le Service provincial du tourisme, au cours des neuf premiers mois de l’année, le nombre de touristes ayant visité Quang Ninh est estimé à plus de 10 millions, dont 3,6 millions de visiteurs étrangers, soit une hausse respective de 25% et de 19% en glissement annuel.