16/04/2020 01:11
Dans le contexte où de nombreux pays font face à une pénurie de masques, des entreprises de l’industrie textile au Vietnam en ont reçu des commandes en provenance de l’Europe et des États-Unis. Un virage qui leur permet de traverser la crise engendrée par l'épidémie de Covid-19.
>>Les fabricants de masques textiles accélèrent la cadence
>>Coronavirus : une compagnie de vêtements se tourne vers le masque
>>Le Vietnam garantit l’approvisionnement en masques antibactériens

Une chaîne de fabrication de masques de protection de la Compagnie de confection Chiên Thang, à Hanoï.
Photo : Phuong Hoa/VNA/CVN

Depuis sa propagation fin janvier 2020 au Vietnam, la pandémie de COVID-19 a engendré d’importants dommages économiques pour presque tous les secteurs d’activités. À l'arrêt en raison de l'épidémie, des entreprises textiles se sont mises à la production de masques, trouvant donc "la lumière au bout du tunnel" en cette période de crise.

Un virage efficace

Des millions de masques de protection en tissu du label TNG (de la Compagnie par actions de l’investissement et du commerce TNG) ont été exportés vers l'Europe, alors que la Compagnie générale de confection 10 (May 10) vient de recevoir des commandes en provenance de l’Allemagne et des États-Unis.

Quelque 400 millions de pièces sont la quantité des commandes que May 10 a récemment signé avec ses partenaires pour la livraison en juillet prochain. La TNG, quant à lui, a envoyé ses premiers lots vers l’Europe dont la France, la Belgique et l’Allemagne.

Toute la planète cherchant à se procurer des masques de protection, leur fabrication "sauve" ainsi des entreprises de la crise, les aidant à compenser des commandes annulées ou reportées à cause de la pandémie.

Selon le président de la TNG, Nguyên Van Thoi, l’exportation de masques vers les États-Unis est aussi prometteuse. Le 6 avril, cette entreprise a offert 500 masques de protection en tissu à la Police de New York. Mais pour pénétrer ce marché exigeant, elle doit se soumettre à des contrôles de qualité.

TNG a également officialisé une nouvelle chaîne de fabrication de masques médicaux. "Dès la mise en place des dispositifs, nous commencerons immédiatement la production afin de répondre au besoin de nos partenaires", a révélé M. Thoi.

Le COVID-19 provoque de grands bouleversements dans presque tous les secteurs. Parmi les plus touchés figure l'industrie textile, qui connaît une double peine. En février, lorsque l’épidémie faisait rage en Chine, l’approvisionnement en matières premières dont le tissu fut interrompu. En mars, alors que les échanges commerciaux bilatéraux étaient partiellement repris, l’Europe et les États-Unis se sont mis à affronter la propagation du coronavirus. Par conséquent, cela a gelé les marchés et les clients ont décidé d’annuler ou de reporter leurs commandes.

Face à ce défi, des fabricants vietnamiens ont changé leur fusil d’épaule et se sont lancés dans la production de masques de protection. Un virage vraisemblablement efficace qui leur permet de maintenir leur production et le salaire des travailleurs. Le directeur général de May 10, Thân Duc Viêt, informe que ses commandes de masques représentent près de 30% de ses recettes prévues pour cette année, contribuant à assurer l’emploi de près de 12.000 personnes. Son chiffre d’affaires au premier trimestre a atteint 63 milliards de dôngs, soit une hausse de 10% en glissement annuel. Actuellement, les masques constituent le produit le plus rentable.

Certaines entreprises textiles se tournent vers la production d'équipements de protection.
Photo : Phuong Hoa/VNA/CVN

Priorité aux besoins nationaux

Ne s’arrêtant pas seulement à la fabrication de masques, des entreprises vietnamiennes s’engagent aussi dans la production de vêtements de protection avec l’ambition d’en exporter. Cependant, leur vente n'est pas facile. 

"Tandis que l'exportation de masques en tissu n'est pas limitée, ce n'est pas le cas pour les masques médicaux, seulement 25% étant autorisés. Quant aux vêtements de protection, nous n'avons pas reçu de quota d'exportation", explique le président de la TNG. 

À ce sujet, le représentant du Département de l’import-export relevant du ministère de l’Industrie et du Commerce fait savoir que la gestion stricte de l’exportation des masques médicaux s'avère nécessaire "car on ne sait pas quand la pandémie prendra fin au Vietnam". De ce fait, il importe d’en prévenir sa propagation. "Une fois que le COVID-19 sera complètement maîtrisé dans le pays, nous proposerons la problématique au gouvernement pour examen", a-t-il indiqué.

Lors de la réunion du 13 avril, le Comité de pilotage national pour la prévention et la lutte contre le COVID-19 a affirmé "n'encourager l’exportation de ces produits qu'une fois que la demande nationale soit répondue".

Anh Minh - Thu Hà/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Revivre les jeux de miniatures à Hô Chi Minh-Ville

La Citadelle des Hô se met sur son 31 Afin d’embellir la Citadelle de la dynastie des Hô, nombreuses sont les mesures déployées par son Centre de conservation du patrimoine. Elles donnent des résultats grandement appréciés par les touristes.