21/03/2020 10:10
Dans un atelier du Nord de l’Albanie, des artistes peignent et décorent à la main des dizaines de milliers de masques vénitiens que les festivaliers aiment à porter pendant la saison du carnaval à travers le monde.
>>Venise teste des portiques pour réguler l'afflux de touristes
>>Carnaval de Venise : "vol de l'Ange" pour le début des festivités

Des visiteurs admirent les masques de carnaval dans le salon de l’atelier "Venice Art Mask" à Shkodër, en Albanie.
Photo : AFP/VNA/CVN

Chaque année, l’atelier Angoni exporte entre 20.000 et 30.000 pièces, toutes uniques, des plus simples aux plus extravagantes.

Edmond Angoni, 64 ans, a ouvert "Venice Art Mask" à Shkodër en 1997, après avoir travaillé un temps en Italie. Aujourd’hui, il emploie une cinquantaine de personnes. Environ "70% de la production est destinée au marché de Venise", où le carnaval vient d’être écourté pour cause de coronavirus, le reste étant vendu en Australie, en Grande-Bretagne, en France, aux États-Unis, explique-t-il.

"Fait à la main"

L’entreprise dispose aussi de sept magasins à Venise qui lui servent de "vitrine" pour les cinéastes et autres assistants de théâtre qui viennent passer commande.

Les masques sont très populaires en période de carnaval mais l’entreprise travaille toute l’année et certaines pièces sont utilisées par le septième art. Nicole Kidman et Tom Cruise portaient par exemple des masques Angoni dans le film Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick sorti en 1999.

"Tout est entièrement fait à la main", souligne Emanuela Pergjergji, 36 ans, l’une des peintres de l’atelier.

À la fabrication d’un moule en argile où est versé du plâtre, succèdent une douzaine d’étapes précises.

Les masques ont un coût - de 20 euros pour un loup jusqu’à 1.500 euros pour les plus luxueux - mais c’est le prix de la qualité, selon M. Angoni. "On mise sur le côté artistique, on les traite avec passion et amour comme des objets d’art", affirme-t-il.

Nora Gjonaj travaille dans l’atelier depuis 20 ans. Ses masques préférés : "les animaux de toutes sortes et qui, après être peints et décorés, sont très beaux, très réussis", dit-elle.

L’atelier comprend également une salle d’exposition où les visiteurs peuvent admirer des modèles de luxe décorés à la feuille d’or ou d’argent, ornés de plumes, de cristaux Swarovski, de perles. L’exposition constitue une attraction supplémentaire pour les touristes étrangers qui viennent visiter Shkodër, la "Venise de l’Albanie" réputée pour son lac et sa citadelle.

Ivana Dedovic est venue du Monténégro voisin acheter deux masques pour elle et son amie, qu’elles porteront au bal dans leur pays. "Difficile de choisir, ils sont tous beaux", lance-t-elle ravie.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

La pagode Bút Tháp, chef-d’œuvre d’architecture Dans le petit village de Dinh Tô, à 25 km au nord-est de Hanoï, se trouve un des plus vieux lieux de culte bouddhiste du Vietnam : la pagode Bút Tháp, littéralement la pagode de la Tour du pinceau. Véritable bijou architectural, sa visite s’impose.