03/03/2020 18:02
Face à l’évolution complexe de l'épidémie causée par le nouveau coronavirus (COVID-19), les Vietnamiens gardent toujours la vigilance. Aujourd’hui, le masque de protection est considéré comme un accessoire indispensable pour lutter contre cette épidémie.
>>Coronavirus : les médecins se soutiennent dans le combat
>>Fin de quarantaine pour 30 rapatriés de Wuhan au Vietnam
>>Le PM appelle à maintenir la vigilance face au coronavirus

Devant la boutique de Dêt Kim Dông Xuân dans la rue hanoïenne Ngô Thi Nhâm, les gens font la queue depuis des heures.

"Heureusement, je possède dix masques. Cela est suffisant pour ma famille et moi", ne cache pas son heureux Hà My après sa commande en ligne. "Avec la centaine de masques que je viens d'acheter, les élèves de la classe de mon fils pourront reprendre l’école en toute quiétude", a partagé tout sourire Thanh Nga, membre de l’Association des parents d’élèves de l’école Doàn Thi Diêm.

Un ticket numéroté est remis à chaque client dans la file d'attente.

En effet, l’achat de masques de protection est devenu une nécessité afin d’éviter toute contamination possible. D'après l'observation de la journaliste du Courrier du Vietnam de samedi l'après-midi 29 février, nombre de personnes âgées ou traités font la queue pour se procurer les fameux masques devant la boutique de la compagnie Dêt Kim Dông Xuân à la rue Ngô Thi Nhâm (arrondissement de Hai Bà Trung). Ici, l’achat est limité à cinq pièces par personne, à 35.000 dông l’unité.

En l’espace d’une heure, 600 pièces ont été vendues, chaque client étant limité à cinq unités.

Une situation identique à l'autre boutique de Dêt Kim Dông Xuân à la rue Minh Khai. Malgré la forte demande, cette société a décidé de ne vendre que cinq unités maximum par personne. "En l’espace d’une heure, 600 pièces ont été vendues", a partagé une vendeuse.

Chaque client obtient un ticket en attendant son tour.

S’entretenant avec la journaliste, le sexagénaire Manh Hùng a confié : "Je suis ici parce que ma famille n’avait pas de masque pour moi. J’attends depuis longtemps mais ça devrait être mon tour dans 30 minutes, je pense".

Les masques se vendent comme des petits pains à Hanoï. 

La septuagénaire Kim Dung a révélé qu’elle avait fait la queue à plusieurs reprises parce que les cinq masques n’étaient pas suffisants pour protéger tous les membres de sa famille. "Face à l’évolution complexe du COVID-19, la santé de ma famille reste ma priorité" a-t-elle souligné.

"Sur le trottoir d’en face, ils vendent aussi des masques. Il n’y a pas besoin de faire la queue mais je n’ose pas y aller parce que je m’inquiète de la qualité", a dit Mme Thanh Hà, avant d’ajouter : "Je peux seulement faire la queue les weekends. La semaine, je n’ai pas le temps, je dois me rendre au travail".

Le masque Kissy en soutien à la population

Face à la montée du nouveau coronavirus, le masque Kissy "made in Vietnam" est devenu un produit familier pour les Vietnamiens. En soutien dans cette lutte nationale, la plupart des produits sont destinés à faire don aux nécessiteux afin de prévenir et de contrôler l’épidémie.

Dans une usine de la société Top A.

"Afin de répondre au grand besoin du marché, la société a décidé à augmenter le rythme de production, soit 12 heures supplémentaires, y compris le week-end. Ainsi, la rémunération des ouvriers doit tripler. Cependant, le prix de notre produit reste fixe, soit 45.000 dôngs l’unité", a informé Mme Pham Huê Nuong, directrice générale de la Sarl Top A, spécialisée dans la production de masques Kissy.

"En ce qui concerne notre rentabilité, la société ne fait aucun profit à l'heure actuelle. Notre priorité est de soutenir cette lutte nationale en participant à son éradication grâce à la commercialisation de masques", a-t-elle expliqué.

Le masque Kissy "made in Vietnam" a reçu de nombreuses certifications.

Actuellement, Top A a fait don d’une dizaine de milliers de masques "made in Vietnam" aux artistes du Théâtre du Vietnam, aux fonctionnaires de la Compagnie des télécommunications Vinalink, etc.

En vente depuis 16 ans sur le marché, le masque Kissy "made in Vietnam" a reçu de nombreuses certifications au Salon de l'invention du Vietnam, la médaille d'or à la Foire internationale du commerce Vietnam Expo 2009 ou encore le prestigieux certificat Global A&V par ACP (Asia Compagny Profile).

Texte et photos : Thanh Tuê/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Revivre les jeux de miniatures à Hô Chi Minh-Ville

Gành Yên : l’aquarium terrestre Gành Yên dans la province de Quang Ngai au Centre pique la curiosité des touristes qui viennent y découvrir les récifs coralliens aux formes et couleurs variées.