26/02/2021 21:57
Les marchés européens montaient dans l'ensemble tandis que Wall Street reculait, en pleine hésitation des investisseurs face à la forte poussée des taux d'emprunt sur le marché obligataire.
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris.
Photo : AFP/VNA/CVN


Dans l'après midi, Paris prenait 0,20%, Londres 0,23% et Milan 0,36%, pendant que Francfort cédait 0,18%. À Wall Street peu après l'ouverture, le Dow Jones perdait 0,20%, le Nasdaq 0,78% et le S&P 500 0,49%.

Un peu plus tôt, la Bourse de Tokyo avait été portée par les performances de la Bourse de New York la veille, le Nikkei à Tokyo prenant 1,67% pendant que Hong Kong (Chine) a gagné 1,20% et Shanghai 0,59%.

Alors que le taux à dix ans français est repassé en territoire positif pour la première fois depuis juin 2020, évoluant à +0,02%, le "Bund", le taux allemand de même échéance, référence en zone euro, cotait -0,24%, niveau proche de ses plus hauts depuis fin mars 2020, et le taux américain montait jusqu'à 1,48%, un nouveau plus haut depuis un an.

"Les taux pourraient maintenant accélérer sans que les actions ne s'en émeuvent, ce qui pourrait renforcer le risque d'un réaction violente à partir d'un certain seuil" évalué par beaucoup autour de 1,50% pour le taux américain, prévient Tangi Le Liboux, stratégiste du courtier Aurel BGC.

Selon lui, Jerome Powell a "visé juste" en "déclarant que l'inflation ne ferait pas son retour de manière durable au-delà de l'objectif de 2% avant trois ans", mais il a "aussi pris un risque (...) significatif" si cette inflation accélère de manière imprévue.

Outre-Atlantique, la révision du PIB pour le quatrième trimestre 2020 à la hausse, à +4,1%, a suscité peu de mouvements sur les marchés. Le géant allemand de la réassurance Munich Re (+3,32% à 249,30 euros) a annoncé jeudi 25 février un bénéfice net en retrait de plus de moitié sur un an en 2020, lesté par la pandémie du Covid-19, mais va verser un dividende stable. De son côté, le français Axa gagnait 4,80% à 21,28 euros en dépit d'un bénéfice net en baisse de 18% en 2020, à 3,16 milliards d'euros.

Il a annoncé vouloir verser un dividende de 1,43 euro par action en 2021, montant identique à celui annoncé l'année dernière avant que la crise n'oblige à l'abaisser à 70 centimes.

Le groupe de défense BAE Systems (+0,81% à 500,00 pence) a enregistré un recul de 12% de son bénéfice net part du groupe l'an dernier à cause de l'impact de la pandémie, essentiellement au premier semestre, mais ses ventes sont en hausse sur l'année.

À Paris, Safran reculait en revanche de 3,64% à 116,60 euros. Le groupe est parvenu à rester bénéficiaire en 2020, publiant un bénéfice net de 352 millions d'euros, malgré la crise historique du secteur aérien due à la pandémie de COVID-19.

APS/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les pousses de bambou contribuent au refus de la pauvreté

Quang Ninh, Hai Duong et Bac Giang coopèrent dans le tourisme Trois provinces de Quang Ninh, Hai Duong et Bac Giang (Nord) s’engagent à accélérer leur coopération interprovinciale pour développer le tourisme, en particulier le tourisme spirituel avec comme principal atout : le complexe paysager de Yên Tu.