02/01/2020 09:03
Les manifestants irakiens ont quitté mercredi 1er janvier les abords de l'ambassade des États-Unis à Baghdad sur ordre des paramilitaires du Hachd al-Chaabi, mettant fin à un épisode de violence qui a culminé avec une attaque inédite contre la chancellerie.
>>Les États-Unis vont déployer 750 soldats au Moyen-Orient
>>Irak : 19 membres des Hachd al-Chaabi tués dans une frappe américaine


Les forces de sécurité à l'ambassade des États-Unis à Bagdad (Irak).
Photo : AFP/VNA/CVN


Estimant que le "message" des manifestants avait été "entendu", le Hachd al-Chaabi, une coalition de factions armées, a appelé ses combattants et partisans à relocaliser leur sit-in hors de l'ultrasécurisée Zone verte à Baghdad, où siège l'ambassade américaine, ont rapporté des médias locaux. 
 
Aussitôt, les manifestants ont démonté toutes les tentes montées la veille pour un sit-in qu'ils promettaient alors illimité, après leur attaque contre la chancellerie. 
 
Les centaines de manifestants se sont ensuite dirigés vers les sorties de la Zone verte. Des camions ont transporté les barres de fer et les bâches des tentes démontées. 
 
APS/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Nguyên Thu Thuy, la céramiste des espaces urbains