11/02/2016 21:20
La maison-jardin est emblématique de l’architecture originale de Huê (Centre). Son charme tient d’abord de l’harmonie entre l’homme et la nature. Dans toute la ville, on retrouve ce type de maison-jardin qui préserve toutes les valeurs culturelles de l’ancienne capitale du pays.

>>Thua Thiên-Huê porte secours à ses maisons-jardins
>>Une gardienne de la maison de nos ancêtres à Huê
>>Forte croissance du nombre de touristes à Huê

Les maisons-jardins se concentrent sur les deux rives de la rivière des Parfums. Ce sont des maisons à toiture en tuile entourées par un jardin luxuriant et bien taillé. Se retrouver en pleine nature, respirer un air pur et frais, profiter d’une ambiance calme… Voilà la plus apaisante des escales après avoir fait le tour de la ville. «Les anciennes maisons ont été construites en bois ou en pierre par des menuisiers venus du Nord Vietnam. Son architecture est un mariage parfait entre l’architecture populaire et celle royale», partage Nguyên Van Thanh, un Huéen.
 

An Hiên (maison de paix) est la plus belle et la plus connue des maisons-jardins de Huê (Centre). Photo : Net/CVN


An Hiên (maison de paix) est la plus belle et la plus connue des maisons-jardins de Huê. Elle donne sur la rivière des Parfums. Le chemin qui mène à la maison est long de 34 m et est bordé de pruniers verdoyants. D’une superficie totale de près de 5.000 m², la maison a été construite en respectant les principes de la géomancie. Nguyên Thi Thach, qui s’occupe de la maison, nous dévoile les petits secrets de ce lieu : «À l’identique des autres anciennes maisons de Hue, un paravent a été installé devant l’entrée de la maison An Hiên pour dissimuler les scènes de la vie quotidienne et chasser les mauvais esprits. La maison a aussi un étang pour conserver la fraîcheur».

La maison a changé de propriétaires à plusieurs reprises. Avant 1895, elle était la résidence privée de l’une des filles du roi Duc Duc. Elle a été achetée en 1936 par Nguyên Dinh Chi, le gouverneur de la province de Hà Tinh (Centre). Après sa mort, son épouse Dào Thi Xuân Yên s’est chargée de son entretien jusqu’à ce qu’elle décède en 1997. Grâce à elle, An Hiên est devenue une des adresses culturelles de l’ancienne capitale impériale de Huê. La maison est aujourd’hui la propriété de sa belle-fille et ses quatre petits-fils (résidant en France).

«La maison est ouverte aux visiteurs et l’entrée est libre. Je suis heureuse de voir les visiteurs venir très nombreux surtout en été. Je me réveille assez tôt, vers 5 heures du matin pour aller au marché et nettoyer la maison. Bien qu’ayant plus de 100 ans, la maison est encore presque intacte», dit Nguyên Thi Thach.

La maison compte trois travées et deux appentis. La pièce centrale est dédiée au culte du Bouddha et des ancêtres. Les deux appentis servaient de chambres pour les enfants de la propriétaire. Ils sont utilisés maintenant pour accueillir les visiteurs. La maison conserve encore de nombreux objets datant de la dynastie des Nguyên.

La maison-jardin reflète l’âme de son propriétaire. C’est pourquoi, après avoir visité Huê et dégusté ses délicieuses spécialités, bien des touristes aiment se rendre dans ces paisibles lieux car c’est ici qu’ils peuvent vraiment comprendre les Huéens. Découvrir la maison-jardin de Huê, c’est percer l’âme, la culture et les caractères de l’ancienne capitale vietnamienne.


VOV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.