25/12/2018 18:32
Depuis 2011, le Vietnam est officiellement entré dans la phase de vieillissement de sa population. En découle une demande accrue en centres de soins et maisons de retraite pour personnes âgées.
>>Bien soigner les personnes âgées
>>Manque de maisons de retraite dans un Vietnam vieillissant

Les soins aux personnes âgées à la maison de retraite Diên Hông dans l’arrondissement d’Hà Dông.
Photo: Thu Trang/CVN

Actuellement, le Vietnam compte plus de 11 millions de personnes âgées, soit environ 11% de la population. Les prévisions estiment qu’elles représenteront 17% de la population en 2030, et 25% en 2050. Cependant, malgré la hausse des besoins, les maisons de retraite sont peu nombreuses au Vietnam.

Manque de maisons de retraite

Nguyên Thi M. (arrondissement de Long Biên, Hanoï) vient de prendre une décision des plus difficiles: celle d’installer sa mère dans une maison de retraite Diên Hông (commune de Yên Nghia, arrondissement d’Hà Dông). Si cette solution s’est présentée comme la plus favorable, c’est que la mère de Nguyên Thi M. ne marche plus seule depuis qu’elle a subi un accident vasculaire cérébral, et que son mari est gravement malade. Depuis 5 mois, elle vivait dans une résidence séniors.

"J’ai pensé à engager une femme de ménage, mais j’ai peur qu’elle manque d'expérience et de connaissances ensoins de santé pour personnes âgées. Dans la maison de retraite qui accueille ma mère, les infirmiers ont une vraie formation professionnelle, ça me rassure" a expliqué NguyênThi M.

De même, voilà 2 ans que Dô Hiên T. a pris la décision de mettre son père dans une résidence séniors de l’arrondissement de Câu Giây à Hanoï. Au début, ses proches et ses voisins ont manifesté leur désaccord. Mais laisser son père seul à la maison l’inquiétait beaucoup. "L’entrée des parents en maison de retraite est une bonne solution pour beaucoup de personnes. Ils bénéficient de soins de qualité et vivent dans un environnement confortable où ils sont heureux. Ça ne signifie pas nier toute responsabilité. La société doit réfléchir plus clairement à ce problème", a déclaré Mme Dô Hiên T.

Cette maison de retraite Diên Hông accueille environ 70 personnes âgées. Pour répondre à une forte demande, un deuxième établissement a été mis en service en juillet 2016.

D’après Hoàng Thi Thu Ngân, directrice adjointe de la maison de retraite Diên Hông, le 3e âge se divise en trois groupes principaux. Le premier, ce sont des personnes âgées dont les enfants résident à l’étranger ou travaillent loin. Le second, ce sont ceux qui vivent encore avec leurs enfants mais qui préfèrent s’installer en maison de retraite pour rencontrer et échanger avec des personnes de leur âge. Le troisième regroupe les personnes âgées atteintes de maladies chroniques, dont la santé est fragile, ou qui n’étant plus lucides ont besoin d’une aide complète.

De fait, la demande de soins pour personnes âgées augmente. Elle devrait doubler dans les deux ou trois prochaines années.

Les soins aux personnes âgées constituent une priorité du Vietnam.
Photo: VNA/CVN

En réalité, il est compliqué de faire fonctionner une maison de retraite. Outre les coûts d’investissements infrastructurels relativement élevés, ces centres de soin sont confrontés à une pénurie de ressources humaines. Les résidents sont souvent atteints d’au moins une ou deux maladies chroniques, ce qui peut rendre le travail des infirmières très pénible.

Il est courant que les personnes âgées ne soient pas très réalistes quant à leurs capacités à se prendre en charge jusqu’à la fin de leurs jours. C’est à ce moment de l’identification de la perte d’autonomie nécessitant une prise en charge en maison de retraite que les enfants et autres membres de la famille ont un rôle primordial.

Toutefois, le Vietnam ne compte actuellement que 400 résidences de ce type, dont la moitié sont des centres publiques de protection sociale au budget modeste, a constaté Luu Thi Huong, directrice en chef du département des "soins aux personnes âgées" de l’Association des personnes âgées du Vietnam.

Il existe trois centres de protection sociale à Hanoï. Mais ils manquent de ressources humaines (actuellement ils comptent une infirmière pour 10 patients), sont mal équipés, et manquent de machines et de matériel de rééducation.

En ce qui concerne les résidences séniors construites et gérées par des organisations privées, les installations et les ressources humaines sont de meilleure qualité. Cependant, rares sont les personnes âgées qui peuvent se permettre de payer 6 à 9 millions de dôngs/mois (250-380 de dollars).

Diversifier les modèles

Selon Luu Thi Huong, dans le contexte de vieillissement de la population, il faudrait encourager le secteur privé à investir pour construire des maisons de retraite.

Ainsi, les personnes âgées qui présentent des problèmes de santé pourraient entrer dans une maison de retraite, et celles qui sont en bonne santé pourraient choisir le modèle de semi-accueil en établissement, l’un des types de prise en charge proposés. Selon le chef de l'Office de la démographie et du planning familial de Hanoï, Ta Quang Huy, il était nécessaire d’étudier et de développer le semi-accueil. Avec ce modèle, les personnes âgées bénéficient de divertissement adapté, comme les échecs, le tennis de table, la gym douce pour personnes âgées, les clubs de poésie... Le soir, ils retournent chez leurs enfants. "C'est un modèle bien apprécié car les personnes âgées ne sont pas séparées de leurs familles, leur vie spirituelle est plus confortable", a déclaré Ta Quang Huy.

Nguyên Tùng/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le pont Long Biên, un des monuments historiques inoubliables de Hanoï.

La zone du patrimoine de Huê sera ouverte gratuitement pendant le Têt Pendant les trois jours du Têt du Cochon 2019, soit entre le 5 et 7 février, la visite sera gratuite pour tous les sites qu'abrite l’ancienne Cité impériale de Huê, selon le Centre de préservation des vestiges de l'ancienne Cité impériale de Huê.