07/07/2020 11:54
La Banque d’Indonésie (BI) a averti lundi 6 juillet que, bien que la confiance des consommateurs se soit améliorée en juin, mais les Indonésiens restent en général pessimistes quant à la situation économique du pays.
>>Indonésie : 63,3 milliards d’USD d'obligations pour la lutte anti-COVID-19
>>L'Indonésie cherche à redynamiser le secteur économique

Un coin de Jakarta, en Indonésie. Photo : Jakarta Post/CVN

L’indice de confiance des consommateurs (ICC) a augmenté de 6 points à 83,8 contre 77,8 en mai, en dessous du seuil de 100 points séparant le pessimisme de l’optimisme.

Les données de la Chambre de commerce et d’industrie indonésienne (KADIN) ont montré que le nombre de travailleurs perdant ou quittant leur emploi s’élevait à plus de 6,4 millions en juin, entraînant une baisse des revenus. Par ailleurs, après son hiatus en raison du coronavirus, l’île balnéaire de Bali prévoit d’accueillir les touristes étrangers étrangers à partir du 11 septembre à la suite d’une décision du gouvernement.

Selon le ministère indonésien de la Santé, le nombre de cas d’infection au nouveau coronavirus à Bali s’est élevé à près de 1.900 avec 23 décès à la date du 6 juillet.

L’Indonésie n’a accueilli que 163.646 touristes étrangers en mai, soit une baisse de 86,9% en glissement annuel, en raison de l’impact de la pandémie de COVID-19. Le tourisme a été l’un des secteurs les plus durement touchés par la crise sanitaire, avec de nombreuses destinations vidées de leurs touristes depuis mars quand nombre de pays ont imposé des restrictions de voyage et l’Indonésie a annoncé des restrictions sociales à grande échelle pour tenter d’endiguer la pandémie.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les maquereaux séchés, la fierté de Dô Son

Hô Chi Minh-Ville promeut le tourisme médical L’offre médicale et de bien-être est prise en haute considération dans les stratégies de développement du tourisme de la mégapole du Sud. Le nombre de visiteurs profitant d’un voyage pour se faire soigner en ville ne cesse de croître.