03/07/2015 19:07
Les travailleurs vietnamiens n’ont que peu de temps à consacrer à leur famille. Débordés, ils n’ont pas non plus le temps de penser à leur carrière professionnelle. Environ 80% des employés font entre deux et cinq heures supplémentaires par jour. Détails.

>>Des aides-soignants formés au Vietnam pour l’Allemagne
>>Vietnamworks publie une étude sur le marché du travail au Vietnam

Au total, 71% des 3.349 travailleurs du réseau d’emploi JobStreet.com déclarent ne pas avoir assez de temps pour leur famille au quotidien, à cause des heures supplémentaires qu’ils effectuent. Tels sont les chiffres révélés par une récente enquête. Près de 80% des employés passent entre deux et cinq heures de plus au travail pour boucler leurs tâches quotidiennes. Seuls 43% d’entre eux voient leurs heures supplémentaires payées.

Environ 80% des employés font entre deux et cinq heures supplémentaires par jour.  


En y regardant de plus près, on constate que 6% n’ont pas de temps pour leur famille et leurs amis, 38% ont «peu de temps» pour eux, leur famille et leurs amis le week-end. Enfin, seulement 4% consacrent plus de 10 heures par jour à leur famille. Pourtant, 30% des sondés répondent qu’ils réalisent des heures supplémentaires volontairement.

Selon l’enquête, la plupart des employés touchent moins d’un million de dôngs/mois pour leurs heures supplémentaires, 32% gagnent de 3 à 5 millions/mois, 8% entre 5 et 10 millions/mois. Et 7% gagnent au-delà de 10 millions de dôngs/mois.

Ainsi, les travailleurs vietnamiens passent plus de temps au travail qu’à la maison. Toutefois, 56% d’entre eux déclarent que les heures supplémentaires ne «bouleversent» pas trop leur vie puisqu’ils profitent d’autres avantages (possibilités d’ascension professionnelle, rémunérations élevées et/ou congés compensatoires).

Garder les «bons éléments»

Comparés à d’autres pays de la région, notamment à la Malaisie, les Vietnamiens sont des «bourreaux de travail». Le volume et la durée de travail qu’ils accomplissent sont souvent déraisonnables et ils ne le font pas toujours volontairement. En effet, seuls 70% des travailleurs malaisiens font des heures supplémentaires.

Pour les entreprises, mise sur les heures supplémentaires ne peut être une stratégie à long terme. Même si les employés sont «volontaires», environ 44% d’entre eux subissent des pressions. D’ailleurs, 80% des travailleurs se disent prêts à changer de travail afin d’avoir une vie plus équilibrée.

«Le manque d’équilibre entre travail et vie familiale fait que les travailleurs sont sous pression, fatigué et sont démotivés. Cela provoque de graves répercussions sur la productivité et la rentabilité de chaque entreprise», décrit Angie SW Phang, directrice générale de JobStreet.com Vietnam.

D’un autre côté, on observe que les entreprises locales savent garder leurs «bons éléments». Ainsi, 20% d’entre eux ne souhaitent pas changer de fonctions, même si la pression au travail est forte. Les raisons invoquées : ils sont attachés à leur poste et à l’entreprise.

Texte et photo : Trung Khánh/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Phu Quôc a accueilli plus de 4,7 millions de visiteurs depuis 2015 Depuis 2015, le district insulaire de Phu Quôc (province de Kiên Giang, Sud) a reçu plus de 4,7 millions de visiteurs, dont 20,5% d’étrangers. Les recettes touristiques ont connu en moyenne une hausse annuelle de 42,5%.