02/10/2017 10:22
Au Vietnam, qui dit Fête de la mi-automne dit gâteaux de lune. Ces dernières années, les ménagères sont de plus en plus nombreuses à choisir l’option de confectionner elles-mêmes ces gâteaux pour faire parler leur passion et leur créativité.
>>Fête de la mi-automne 2017 pour les enfants de Hanoï
>>Les gâteaux de lune de l’hôtel Rex
>>Le marché des gâteaux de lune bat son plein

Une paire de gâteaux de lune et un plateau d’offrandes de fruits frais. Voici les deux éléments indispensables pour la Fête de la mi-automne, célébrée le 15e jour du 8e mois lunaire et qui coïncide cette année avec le 4 octobre du calendrier grégorien.

Depuis quelques années, une tendance se dessine. Plutôt que d’aller dans les boutiques spécialisées acheter des gâteaux industriels fabriqués à la chaîne, nombre de ménagères, passionnées pour la pâtisserie et/ou soucieuses de la santé de leur famille, préfèrent les fabriquer elles-mêmes.

Des produits sains faits avec amour

Fonctionnaire d’État et mère de deux charmants petits garçons, Thu Hà, 32 ans, domiciliée dans l’arrondissement de Hai Bà Trung à Hanoï, adore la pâtisserie. Depuis la première semaine de septembre, elle recherche les meilleurs ingrédients pour confectionner ses fameux gâteaux de lune.

Pâtissière amateur, Thu Hà prête une attention minutieuse à chaque étape de fabrication. Photo : Hà Ngô/CVN

«Les gâteaux de lune sont un vrai +bol d’air+ pour moi. Les multiples recettes permettent de stimuler ma créativité et d’assouvir ma passion pour la pâtisserie. Avec le travail, la vie de famille et les tâches ménagères, j’ai très peu de temps libre. Je les prépare donc le week-end ou entre 22h00 et minuit les autres jours de la semaine», confie Thu Hà, dans sa cuisine, en train de manipuler tout un tas d’ingrédients disposés sur un plateau en inox.

Les gâteaux de lune se divisent en deux catégories : le banh nuong (gâteau farci cuit au four) et le banh deo (gâteau de pâte de riz gluant farci). Ils sont soit de forme carrée, soit de forme ronde, comme le veut la tradition.

Quel que soit le procédé choisi pour la confection du banh nuong ou du banh deo, deux étapes sont obligatoires : former une boule de garniture et étaler une enveloppe de pâte de manière circulaire, un peu comme pour une pizza. 

La garniture peut beaucoup varier selon les goûts et la volonté de chaque confectionneuse. Les ingrédients les plus utilisés sont jambon, viande de poulet, jaune d’œuf salé, graines de sésame et de courge torréfiées, graines de lotus confites, lard, saucisses, feuilles de citronnier émincées, pâte de graines de lotus, de thé vert, de taro, de haricot, etc., selon les recettes traditionnelles. La garniture est assemblée en petites boules.    

L’enveloppe en «juge de paix» 

L’enveloppe du banh nuong est faite à partir d’un mélange de farine de blé, d’huile et de beurre de cacahuètes, sans oublier le jaune d’œuf de poule et de l’eau sucrée pour donner la couleur caramel de la croûte après la cuisson. Pour le banh deo, l’enveloppe est faite avec de la poudre de riz gluant cuit mouillée puis pétrie, parfumée d’essence de fleurs de pamplemoussier et mélangée à du sucre pour donner une pâte de couleur blanche.

Consommer un gâteau 100% sain, c’est devenu un luxe, sauf si l’on a la possibilité de le faire soi-même. Photo : Hà Ngô/CVN

Forte de six ans d’expérience, Thu Hà confie que pétrir la farine pour réaliser l’enveloppe est l’étape la plus difficile. «Il faut bien doser la quantité de farine à mélanger avec l’eau et le sucre pour que l’enveloppe soit très fine et ait la couleur souhaitée», affirme-t-elle, en enveloppant d’un geste expert chaque boule de garniture dans les feuilles de pâtes rondes et parfaitement plates.

Pour créer la forme finale des gâteaux, ronde ou carrée, elle recourt aux moules plastiques (avant la cuisson bien sûr !). Les banh nuong, comme leur nom l’indique, sont cuits au four. Les banh deo, une fois confectionnés, sont prêts à être emballés. «Contrairement aux gâteaux industriels, ceux faits maisons ne contiennent pas de conservateurs. Du coup, il faut les consommer dans la semaine», explique la pâtissière amateur.    

Si Thu Hà n’applique que des recettes traditionnelles pour satisfaire en toute simplicité son amour pour la pâtisserie, d’autres expérimentent des versions exotiques. L’occasion de monter une petite affaire grâce à la vente en ligne.
 

Bùi Phuong/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.