08/09/2019 22:59
La valeur totale du marché des fruits vietnamiens est estimée dans à 20-30 milliards de dollars. Cependant, les entreprises agricoles semblent négliger ce marché florissant, alors que de plus en plus de fruits importés apparaissent dans les frigos des Vietnamiens. Comment reconquérir le marché national, telle est la question qui se pose au secteur agricole vietnamien.
>>Le premier lot de longanes frais vietnamiens arrive en Australie
>>Le Vietnam compte plus de 76.600 hectares consacrés à l'agriculture biologique
La mangue figure parmi les cinq principaux produits agricoles de la province de Dông Thap au Sud. Photo: SGGP/CVN

Avec une production moyenne de 100.000 tonnes par an, la mangue figure parmi les cinq principaux produits agricoles de la province de Dong Thap, et est exportée vers de nombreux grands marchés étrangers. Cependant, elle a une même histoire ancienne que de nombreux autres fruits locaux sur le marché national : rendement élevé - prix bas.

Les raisons de ce dilemme? Lê Minh Hoan, secrétaire du Comité provincial du Parti de Dông Thap, explique: "Nous continuons à cultiver sans penser aux attentes du marché. Nous n’avons pas vraiment réfléchi à la création d’une chaîne de consommation durable pour la production agricole".

Un autre facteur défavorable, c’est que beaucoup d'entreprises se concentrent sur les exportations plutôt que  sur le marché national. L’instauration de marques ou labels pour les fruits locaux est négligée. Il est important d’améliorer les chaînes de production et de commerce de détail afin de rapprocher les fruits locaux des consommateurs vietnamiens.

Selon Dang Phuc Nguyên, secrétaire général de l’Association vietnamienne des fruits et légumes, "Nous manquons de chaînes de commerce de détail pour nos fruits. L’écoulement local dépend en grande partie des marchands et des marchés traditionnels avec très peu de contrôle de la qualité. Les consommateurs à revenus élevés optent souvent pour des fruits importés des États-Unis ou d'Australie, car ils bénéficient d'un meilleur contrôle de la qualité".

Avec la ratification et l’entrée en vigueur de nombreux accords de libre-échange, la concurrence entre les produits agricoles vietnamiens et étrangers s’intensifie. Selon les experts, il est grand temps de changer.

Nguyên Quôc Toan, directeur général de l’Autorité de transformation et de développement des marchés agro-alimentaires, indique: "La concurrence crée une opportunité de croissance. Nous devons être conscients que nos produits agricoles sont concurrencés sur le marché national. Les emballages et la qualité doivent être améliorés. Nos produits agricoles doivent également être distribués dans les chaînes de commerce de détail. Ce sont à ces conditions que les fruits vietnamiens pourront concurrencer leurs homologues  importés".

Avec une valeur d'exportation de près de 4 millions de dollars en 2018, les fruits vietnamiens ont fait leur preuve sur les marchés étrangers, même les plus exigeants. Cela montre leurs grands potentiels. Selon les experts, dès que le Vietnam sera arrivé à résoudre les problèmes actuels de la production agricole, ses fruits pourront s’implanter solidement  sur les marchés étrangers et national.-

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrir les secrets de fabrication des gâteaux de lune

Quang Binh, destination attrayante pour le tourisme d'aventure La province de Quang Binh (Centre) présente un grand potentiel et de nombreux avantages pour le développement du tourisme, en particulier le tourisme d'aventure et le tourisme expérientiel.