16/07/2016 08:47
La croissance du marché du cinéma vietnamien est une forte incitation pour les producteurs à s’engager dans de nouveaux projets. De nombreuses sorties ont connu un franc succès et bien d’autres films sont en tournage, menés par de jeunes réalisateurs osés.

>>La bataille stratégique des distributeurs de films
>>Les acteurs les plus «bankables» du 7e art vietnamien

>>Les cinémas vietnamiens font face à la concurrence étrangère
>>Le cinéma vietnamien est de retour
>>La bataille stratégique des distributeurs de films

Une séance dans le film Tôi thây hoa vang trên co xanh (Je vois les fleurs jaunes sur l’herbe verte). Photo : Archives/CVN

Avec l’explosion du nombre de salles obscures au Vietnam ces cinq dernières années, notamment en zone urbaine, les producteurs engagent régulièrement des projets pour reconquérir une scène dominée essentiellement par les films étrangers, à commencer par les plus grands succès du box-office mondial. Grâce à d’importants investissements, nombre de sorties ont connu un succès auprès du public, engrangeant des recettes bien supérieures à celles prévues initialement.

Et de nouveaux records sont établis d’année en année. S’il y a cinq ans, le film Giai cuu thân chêt (Secourir la Mort) avait fait un exploit en termes de recettes avec 20 milliards de dôngs, Long ruôi (Long la mouche), sorti en 2011, avait établi le double : 42 milliards de dôngs. En 2013, Tèo em (Tèo le petit) rapporte 80 milliards. Et en 2014, Chàng trai nam ây (Le jeune homme de cette année-là) et Qua tim mau (Cœur de sang) font un même résultat, avant de céder la place à Dê mai tinh 2 (Demain on va y penser 2) de Charlie Nguyên, avec 101 milliards.

Si la plupart de ces sorties à succès relèvent de la comédie, pour la première fois l’an dernier, le genre psychologique a gagné du terrain. Deux films, Tôi thây hoa vang trên co xanh (Je vois les fleurs jaunes sur l’herbe verte), et Em là ba nôi cua anh (Tu es ma grande-mère paternelle), ont été les plus vus dans les salles obscures avec des recettes comprises entre 85 et 100 milliards de dôngs.

Des films à gros budget

Dang Thu Hiên, directrice de la société de distribution de films, Green Media, prévoit que 2016 verra la sortie, comme les années précédentes, de bon nombre de films vietnamiens. Si l’an dernier, une trentaine de sorties commerciales ont été recensées, elles devraient être le double cette année.

L'actrice-productrice Ngô Thanh Vân (debout) dirige un tournage de son film Tâm Cam. Photo : Archives/CVN

Parmi les films à gros budget, celui de Ngô Thanh Vân est un exemple-type. L’actrice, maintenant connue comme productrice, a annoncé la sortie de Tâm Cam dans les salles le 19 août prochain. Du genre fantaisie, Tâm Cam est une adaptation d’un vieux conte du même nom. Ngô Thanh Vân a annoncé un budget de 20 milliards de dôngs, indispensable pour réunir différentes générations d’acteurs dont l’Artiste du Peuple Ngoc Giàu, les deux Artistes Émérites Thanh Lôc, Huu Châu, les deux nouvelles révélations du 7e art Ninh Duong Lan Ngoc et Ha Vi, entre autres. En résumé, l’histoire évolue autour de la vie d’une jeune orpheline qui doit vivre dans la misère avec la deuxième femme de son père et sa méchante fille.

Le film Fan cuông (Un fan fou) du réalisateur Charlie Nguyên sera en salle à partir du 15 juillet. Photo : MT/CVN

Autre film à ne pas manquer, Fan cuông (Un fan fou) de Charlie Nguyên, sa dernière oeuvre qui sera en salle à partir du 15 juillet. Fidèle à la comédie, Charlie Nguyên continue de se reposer sur son couple fétiche, Thai Hoà et Johnny Tri Nguyên, deux acteurs qui lui ont valu le succès des films Dê mai tinh 1 et 2. Fan cuông est l’histoire de Thai, un grand fan du célèbre chanteur Gia Nghi, qui cherche à aider son idole à sortir de ses scandales mais malheureusement, lui cause de nouveaux problèmes.

Premier pas de jeunes réalisateurs

Outre les réalisateurs chevronnés, les jeunes s’intéressent de plus en plus aux sorties commerciales et cherchent à coopérer avec les distributeurs pour bénéficier d’un soutien financier. Tout récemment, plusieurs jeunes réalisateurs ont collaboré avec le distributeur CGV pour lancer d’ambitieux projets cinématographiques. Le réalisateur Trân Ka My a annoncé Tik tak, Anh yêu em (Tik tak, Je t’aime), une dramédie (mélange de comédie et de drame). Le film porte sur un jeune homme pauvre, mais des plus sages. Après des années de vie dans la misère, la chance lui sourit et fait de lui une grande figure du monde des artistes. Le film sort ce mois-ci.

L’équipe de production du film Bôn nam, hai chàng, môt tinh yêu (Quatre ans, deux hommes, un amour). Photo : Khampha/CVN

Le réalisateur Cao Tân Lôc, qui a connu nombre de succès au théâtre, a décidé de se lancer dans le cinéma avec Thân tiên cung nôi diên (Les fées aussi s’énervent) une comédie romantique. Il s’agit d’une adaptation d’une pièce éponyme de Cao Tân Lôc, montée et jouée au théâtre de Hô Chi Minh-Ville, qui a connu un grand succès avec plus de 1.000 représentations en deux ans. Le film est l’aventure palpitante des dieux de l’amour à l’heure d’aujourd’hui qui vont aider deux amoureux Long et Phung, un compositeur et une chanteuse, à sortir de leurs querelles quotidiennes. Le film sera présenté le 2 septembre prochain.

Toujours sur le thème de l’amour, pour attirer la nouvelle génération dans les salles, la réalisatrice Luk Vân, 26 ans et déjà très connue par les plus jeunes grâce à ses vidéos sur YouTube, a annoncé la sortie de Bôn nam, hai chàng, môt tinh yêu (Quatre ans, deux hommes, un amour). Du genre romantique, le film parle des amours d’un trio d’amis de longue date et sortira en novembre prochain. C’est le premier long métrage en salle de cette jeune réalisatrice.

S’il y a cinq ans, peu de producteurs osaient imaginer de passer la barre de 100 milliards de dôngs de recettes pour un film vietnamien, il ne s’agit aujourd’hui plus d’un rêve. Et avec les records battus d’année en année, les producteurs se prennent à espérer des recettes autour de 200 milliards de dôngs dans les trois à cinq ans, ce qui resterait néanmoins un montant toujours modeste pour un pays comptant 90 millions d’habitants.

Linh Thao/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les œuvres en galets uniques d’une jeune Hanoïenne

Le Vietnam et le Cambodge coopèrent pour la reprise du tourisme international Le directeur général adjoint de l'Administration nationale du tourisme, Hà Van Siêu, a exprimé sa conviction que l'industrie touristique vietnamienne et cambodgienne surmonterait bientôt les difficultés causées par la pandémie et rétablirait rapidement les activités touristiques nationales et internationales.