29/06/2014 09:43
Il est beaucoup question, ces derniers temps, des hommes qui partent en mer pour protéger leur Patrie, mais cet engagement inclut aussi un protagoniste de l’ombre : les femmes qui restent à quai dans l’angoisse et l’attente.

«Quand il monte en bateau, je l’encourage à achever sa mission, tout en souhaitant qu’il revienne sain et sauf». Tel est le credo des femmes dont le mari est en mission sur l’archipel de Hoàng Sa (Paracel). Dô Thi Thu Phuong est l’une d’entre elles, elle se souvient les larmes aux yeux : «Après l’implantation par la Chine de sa plate-forme de forage Haiyang Shiyou-981 dans la zone économique exclusive (ZEE) du Vietnam, mon mari s’est vu assigner une mission. Il m’a seulement dit : + Je dois partir en mer tout de suite +». Dô Thi Thu Phuong est femme du soldat Dô Gia Long, actuellement en mission de trois mois sur le bateau de surveillance halieutique 739 à Hoàng Sa.


Vu Thi Thu Phuong, femme du soldat Dô Gia Long, actuellement en mission sur le bateau 739 de Surveillance  des ressources halieutiques à Hoàng Sa (Paracel). TP/CVN


«En regardant l’actualité, j’ai pu suivre l’évolution des tentions en Mer Orientale quand la Chine a envoyé un grand nombre de navires et d’avions pour faire obstacle aux bateaux vietnamiens exerçant leurs droits et devoirs en Mer Orientale. La nuit avant le départ de mon mari, je n’ai pas pu fermer l’œil. Je m’inquiète pour lui. Je l’aime»
, confie-t-elle et poursuit : «Avant son départ, nos parents et nos proches lui ont téléphoné pour encourager notre famille».

Des femmes fières de leurs maris

Thu Phuong et Gia Long se sont mariés en 2006. Pourtant, le nombre de jours qu’ils ont passé ensemble se compte sur les doigts de la main. «Actuellement, il est en mer. Le 1er mai, un jour avant l’installation illégale par la Chine de sa plate-forme dans la ZEE du Vietnam, son bateau a dû repartir. Après près de trois semaines, il est toujours en mission. Moi et tous les Vietnamiens, protestons contre cette action illicite de la Chine. J’espère que tous les soldats reviendront sains et saufs», explique Thu Phuong.  

Dans une chambre de 14 m2 du bâtiment collectif de la brigade 175 de la Marine, l’atmosphère est calme contrairement aux autres jours. En cause ? Le départ en Mer Orientale de M. Viên, employé du bateau 773 de la Surveillance des ressources halieutiques. Sa femme Nguyên Thi Mao, précise que dans ce bâtiment, toutes les femmes sont mariées à des soldats en mission aux frontières et dans les îles. Elle aussi s’insurge contre les actions de la Chine.

Nguyên Thi Mao et ses deux filles. TP/CVN


Même si elle encourage son mari, Mme Mao n’en demeure pas moins inquiète pour lui après son départ. Cette femme de militaire souhaite transmettre un message à son mari et aux soldats en Mer Orientale : «Restez solidement campés sur vos positions et redoublez de vigilance afin de vous opposer avec courage à toutes les attaques ou actions malveillantes. Nous nous occuperons bien des enfants et de la famille». Sa fille aînée, Nguyên Thi Thuy Ngoc, en 8e année, comprend le travail silencieux de son père et est fière de lui.

Des positions maintenues

Ces dernières jours, malgré le danger et les risques encourus quotidiennement, les forces de Police maritime et les Garde-côtes adressent à leurs proches, confrères et amis restés sur la terre ferme des messages emplis d’affection, de détermination et de confiance. Ils demandent instamment à la Chine de retirer sa plate-forme de forage implantée illégalement dans la ZEE du Vietnam, ainsi que ses forces et navires de protection.

Sur terre, les habitants, les Viêt kiêu (Vietnamiens résidant à l’étranger), les organismes, les collectivités et les entreprises ont mené une série d’activités pour soutenir les forces de Police maritime, les Garde-côtes et la Surveillance des ressources halieutiques en Mer Orientale. Le sous-capitaine Trân Quang Vinh, commissaire politique du bateau CSB 4032, est revenu de Mer Orientale pour faire réparer son bateau attaqué par les forces chinoises, il témoigne de cette solidarité : «Ces derniers temps les forces de Police maritime en général, le bateau CSB 4032 et notre famille en particulier ont reçu un soutien matériel et moral de la part de nos compatriotes et soldats dans l’ensemble du pays ainsi que des Vietnamiens résidant à l’étranger. Il s’agit d’un grand encouragement pour nous». Et de conclure : «Nous maintiendrons fermement nos positions 24 heures sur 24 pour accomplir notre devoir de protection de la souveraineté territoriale. Le tout, dans le respect du droit international».

Selon le colonel Thai Minh Dung, commandant en chef adjoint de la Police maritime de la Région II, chargé de protéger la souveraineté de la région maritime du Centre, malgré les difficultés de leurs familles, tous les cadres et soldats ont tenu leurs positions. «Nous continuerons à lutter vaillamment pour remporter la victoire finale : que la Chine retire sa plate-forme de la ZEE du Vietnam», affirme M. Dung.  

Huong Linh/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Quang Ninh accueille 10 millions de touristes de janvier à septembre Selon le Service provincial du tourisme, au cours des neuf premiers mois de l’année, le nombre de touristes ayant visité Quang Ninh est estimé à plus de 10 millions, dont 3,6 millions de visiteurs étrangers, soit une hausse respective de 25% et de 19% en glissement annuel.