07/10/2021 16:15
Certaines personnes pensaient autrefois que les femmes avaient juste besoin de faire de bonnes tâches ménagères, de se sacrifier pour la famille et n’ont pas besoin d’étudier. Cependant, au fil du temps, ce concept a progressivement changé. Dans la société moderne d’aujourd’hui, nous voyons facilement l’image d’une belle femme indépendante qui construit son propre idéal.


Les femmes dans la nouvelle l’ère
 

Dam Minh Thuy et Dang Thi Thanh Thuy (vices- doyennes du Département de français - ULEI) dans la compétition "Journée de la cuisine francophone".


Dans les relations de coopération entre le Vietnam et l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) ainsi que les membres de la Communauté francophone, les femmes jouent un rôle important, notamment dans le domaine de la culture et de l’éducation.

Ce sont des enseignantes, des professeures qui enseignent en classe tous les jours, transmettant les connaissances et enseignant cette merveilleuse langue à des générations d’étudiants. Bien que le français soit en concurrence avec d’autres langues sur le sol vietnamien, les enseignants sont toujours à la recherche de moyens de motiver les jeunes et l’apprentissage du français

Le président Hô Chi Minh a également dit un jour : "Les enseignants sont des soldats sur le front idéologique et culturel". Donc, ces professeurs ne transmettent pas seulement des connaissances, ils sont les penseurs pour propager la culture française. En organisant des magnifique fête, des activités, des concours, des expositions d’images de pays francophones, ils participent  à propager la culture francophone et c’est devenu une rencontre culturelle entre Vietnamiens, Européens, Africains et Américains.

Les femmes combattantes

 

Madame Nguyên Thi Kim Ngân. Photo : RFA


L’égalité des sexes a toujours été un sujet d’attention publique. Pendant de nombreuses années, les gouvernements de nombreux pays à travers le monde ont fait des efforts pour apporter l’égalité des sexes aux gens, afin que de  vivre dans une société civilisée et durable. Par exemple, les entreprises suppriment les réglementations afin que les femmes puissent participer pleinement au marché du travail, quelle que soit leur profession ou leur poste.

Au Vietnam, nous avons constaté des progrès remarquables en matière de droits et de leadership des femmes dans un certain nombre de domaines, notamment l’accès à l’éducation, l’amélioration de la santé maternelle, la participation des femmes au marché du travail. Dans l’appareil d’
État, pour la première fois, le Vietnam compte une femme à la présidence de l’Assemblée nationale, Nguyên Thi Kim Ngân.

Le Vietnam fait partie du groupe des pays avec un pourcentage élevé de femmes députées dans la région et dans le monde (classement 43e/143 pays dans le monde et 2e de l’ASEAN).

L’égalité des sexes est l’un des facteurs pour définir une société juste,   démocratique et civilisée. C’est aussi un appel non seulement des femmes, mais de tout le monde, un objectif qui doit être atteint prochainement par les pays.

Les femmes guerriers

Ces deux dernières années, le monde a subi les effets négatifs de la pandémie de COVID-19. Les francophones en général et les pays membres en particulier ont fait face à de nombreuses difficultés, mais ont montré leur capacité d’adaptation et leurs efforts pour lutter contre l’épidémie, avec la participation active de toute la communauté, notamment les femmes, qui sont les plus touchées.

Pendant la pandémie, la perte d’emploi et le confinement à domicile ont conduit à des taux élevés de violence contre les femmes et les enfants dans de nombreux pays du monde. Des écoles ont fermé, des entreprises ont fait faillite, des travailleurs ont perdu leur emploi, provoquant des tensions financières dans la famille.

Le ministre français de l’Intérieur a déclaré que la violence domestique à travers le pays a bondi de plus de 30%.

Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, le problème préexistant de la violence à l’égard des femmes et des enfants est devenu encore plus aigu. Par conséquent, les pays doivent prendre des mesures et des politiques pour soutenir les femmes, assurer leur sécurité et créer des conditions de vie pour elles. Bien que de nombreux pays aient activement mis en œuvre des mesures pour soutenir les femmes pendant la pandémie, il reste encore beaucoup de travail à faire, en particulier améliorer le régime de congé parental du couple et ajuster le système de rémunération équitable.

La santé du monde est entre ses mains

 

Aurélia Nguyên. Photo : Twitter

Dans le contexte d’évolution compliquée du COVID-19, les femmes ont un rôle à jouer pour le vaincre. Un témoin fort pour le prouver est Aurélia Nguyên, qui est directrice générale de Covax depuis novembre 2020. Le magazine Time l’a félicitée en disant que "la santé du monde est entre ses mains". Cette franco-vietnamienne est chargée de veiller à ce que les vaccins parviennent aux pays et régions qui en ont besoin, via le dispositif Covax.

"Les pandémies passées ont montré qu’il existe une inégalité claire, que le vaccin étaient captés par les pays les plus riches. J’ai consacré toute ma carrière à favoriser un acces équitable aux vaccins et aux médicaments, c’est ce qui me guide", a dit Aurélia Nguyên.

Elle assure la distribution gratuite de vaccins dans 92 pays sous-financés, tant en termes de revenus que de formation médicale. Covax a eu des difficultés avec de nombreux grands pays qui tentent de conserver les vaccins pour eux.
Mais Aurélia Nguyên nourrit un nouvel optimisme. Son espoir est que cette crise puisse conduire à un soutien des gouvernements, du secteur privé, du public, en termes de résolution des problèmes de santé mondiaux. Et nous devons profiter de l’occasion pour reconstruire la médecine en mieux afin d’avoir des systèmes de santé plus solides et plus résilients.

Les "soldats en blouse blanche"

 

Image du visage d’une femme médecin avec des marques de masque.
Photo : Internet


Comme de nombreuses guerres dans l’histoire de la glorieuse et héroïque lutte de défense nationale de notre nation, le peuple tout entier avec la même volonté, s’unit et considère que "Combattre l’épidémie, c’est comme combattre l’ennemi".

Les femmes sont combattantes en première ligne. Elles peuvent être des médecins, des infirmières, des personnels médicaux. Elles se tiennent aux côtés des patients jour et nuit avec le seul désir de les aider à surmonter l’épidémie et à retrouver une vie normale.

Tout comme les guerres de résistance contre les envahisseurs étrangers dans le passé, de nombreuses familles de médecins, d’infirmières et de personnel médical ont abandonné leur quotidien. Ils doivent quitter temporairement leurs familles et leurs proches, de nombreux médecins et infirmières ne peuvent pas avoir un câlin, un "baiser" avec leur  enfants ou rester aux côtés de leurs parents. Tous se sacrifient pour la lutte contre la pandémie, pour la sécurité de plus de 90 millions de personnes.

En bref, les femmes ont de nombreux rôles pour contribuer à la société. Les   femmes fortes dans la vie quotidienne, résistantes dans la lutte, mais aussi très habiles dans toutes les situations  méritent le respect et la reconnaissance pour chaque contribution qu’elles ont apportée.

 

Ngô Thi My Hiên - Pham Hoàng Anh/CVN 
 

Est-ce votre article préféré ?
Oui
Non







 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bac Hà, une destination au fort potentiel

Une ancienne pagode, deux Trésors nationaux La pagode Trà Phuong, dans la commune de Thuy Huong, ville de Hai Phong, préserve deux sculptures anciennes, classées Trésors nationaux : une statue du roi fondateur de la dynastie des Mac (1527-1677) et un bas-relief de son épouse.