03/08/2018 23:03
Outre les taxes antidumping élevées, les entreprises vietnamiennes doivent affronter les politiques sévères que les États-Unis utilisent pour protéger leur production nationale.

>>Exportation de produits aquatiques: une hausse de 13% prévue au 3e trimestre
>>Les États-Unis supervisent les crevettes et ormeaux vietnamiens
>>Aquaculture: l’objectif de 10 milliards d’USD d'exportation sera difficile à atteindre
 

Dans une usine de transformation des crevettes congelées pour l'exportation.
Photo: VNA/CVN


Au cours de la dernière décennie, les exportations vietnamiennes de crevettes vers les États-Unis ont fluctué entre 500 millions d’USD et plus d’un milliard d’USD. Selon l’Association vietnamienne des exportateurs et des producteurs de produits aquatiques (VASEP), après avoir culminé à plus d’un milliard de dollars en 2014, les exportations vers les États-Unis ont stagné.

Le chiffre a atteint 255,7 millions d’USD au premier semestre 2018, en baisse de 7,5% sur un an. Les États-Unis sont actuellement le troisième plus gros importateur de crevettes vietnamiennes, représentant 15,6 % du total des expéditions.

L'Administration nationale américaine des affaires océaniques et atmosphériques (National Oceanic and Atmospheric Administration-NOAA) a récemment inclus les crevettes dans le Programme de surveillance des importations de fruits de mer (Seafood Import Monitoring Programme-SIMP). Par conséquent, à compter du 31 décembre de cette année, les importateurs devront respecter toutes les exigences du SIMP, telles que fournir des données suffisantes concernant la récolte, la pêche et les voyages dans les ports américains et s’assurer que les produits sont rétractables dans les deux ans.

Ce nouveau règlement inquiète de nombreuses entreprises et pourrait entraver les exportations de crevettes vers ce marché, a indiqué la VASEP.

Par ailleurs, les producteurs de crevettes et les exportateurs vietnamiens rencontrent également des mesures protectionnistes assez "déraisonnables" de la part de Washington, a déclaré Vo Van Phuc, directeur général de la société Vietnam Clean Seafood.

Par exemple, au début de mars 2018, le Département du commerce des États-Unis a annoncé les résultats préliminaires de l'ordonnance antidumping sur les crevettes d'eau chaude congelées en provenance du Vietnam. Il a établi le taux préliminaire à un niveau record: 25,39%.

Protectionnisme croissant

Le protectionnisme croissant s'est propagé des États-Unis à d'autres pays, en particulier au Moyen-Orient, où ces mêmes barrières "déraisonnables" contre les produits aquatiques vietnamiens se sont déplacés

Le secteur de la crevette ainsi que l'industrie de la pêche devraient faire face à davantage de défis en termes d'exigences tarifaires et techniques en raison du protectionnisme croissant.

Le déclin des exportations de crevettes vers les États-Unis est également attribué à la concurrence féroce d'autres fournisseurs de crevettes, en particulier l'Inde, l'Indonésie et la Thaïlande. Le coût élevé des intrants dans l'agriculture a également fait que les prix de revient de la crevette vietnamienne sont supérieurs à ceux de ses concurrents.

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine soulève également d'autres difficultés, a souligné la VAEP, affirmant qu'en raison des droits de douane élevés appliqués par les États-Unis, la Chine importera moins de crevettes brutes pour les traiter et les réexporter. Cela pourrait conduire à une baisse des expéditions de crevettes crues du Vietnam vers la Chine, puisque celles-ci représentaient 94 % des exportations de crevettes vers la Chine en 2017.

En outre, les États-Unis examineront de manière plus stricte l'origine de la crevette vietnamienne, car les entreprises chinoises pourraient profiter de la source vietnamienne pour falsifier l'origine de leurs produits.

La VASEP a déclaré que les entreprises vietnamiennes devraient considérer la guerre commerciale comme une chance de prendre pied en améliorant la qualité des produits, en étant plus actifs et en utilisant mieux les accords de libre-échange. Elles doivent également mettre à jour s'agissant de la liste des produits soumis à des droits de douane élevés, à la fois aux États-Unis et en Chine, parallèlement à la fluctuation du dollar américain et du dông vietnamien, et ce afin de prendre des mesures en temps opportun.

VNA/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.