29/08/2017 00:09
Selon des statistiques préliminaires du Département général des douanes, de janvier à la mi-août, les entreprises du Vietnam ont exporté près de 975.000 tonnes de café pour 2,22 milliards de dollars correspondant, en variation annuelle, à un recul de 16,4% en volume, mais à une hausse en montant de 7,9%.
>>Les exportations ont le vent en poupe
>>Café : exporter moins mais exporter mieux

Récolte de café. Photo: TN/CVN

En dépit ce recul dû à une baisse de la production, la croissance du chiffre d’affaires résulte d’une augmentation des cours à l’export de 30,4%, lequel a atteint 2.263 dollars la tonne.

L’Allemagne et les États-Unis restent les premiers consommateurs de café vietnamien en représentant 16% et 14,3% des exportations nationales.

L’Association du cacao et du café du Vietnam (Vicofa) a indiqué que les exportations de la récolte 2016-2017 - c’est-à-dire d’octobre 2016 à novembre 2017 - ne devraient atteindre que 1,35 million de tonnes seulement, soit une baisse de l’ordre de 20 à 30% par rapport à la précédente, en raison d’une mauvaise saison.

Toutefois, le Brésil - qui est premier producteur et exportateur mondial - fait à nouveau face à une mauvaise année en raison d’une longue sécheresse dans son principal centre de culture, l’État d’Espirito Santo, après une chute de production de 40% lors de la récolte 2015-2016, entraînant de plus forts besoins d’import pour alimenter son industrie du café instantané. En d’autres termes, les cours mondiaux à l’export d’ici à la fin de l’année devraient continuer de monter, ce qui pourrait assurer un bon chiffre d’affaires au secteur vietnamien du café malgré la mauvaise récolte annoncée.

CPV/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Deux ophtalmologues suisses en mission bénévole à Hanoï

Le développement du tourisme Actuellement, le tourisme intelligent constitue une tendance inéluctable au Vietnam. Ce type de voyage recourt à l’application des technologies de l’information et de la communication à son essor et attache les intérêts des voyageurs à ceux de l’administration et des entreprises.