08/07/2018 16:15
Le marché vietnamien de l’élevage - notamment viande porcine et volailles - s’est animé ces derniers temps grâce à une hausse croissante du nombre d’entreprises de production et d’exportation.
>>Quand riziculture rime avec élevage porcin
>>Le secteur de l'élevage entre opportunités et défis du CPTPP
>>Le secteur de l'élevage met le cap sur le développement durable

Une ferme de poulet bio au district de My Lôc, province de Nam Dinh (Nord).
Photo: Hiên Hanh/VNA/CVN

En août 2017, la SARL Koyu & Unitek, une coentreprise australo-japonaise implantée dans la zone industrielle de Long Binh, province de Dông Nai (Sud), a exporté au Japon ses lots de filets de poulets. Il s’agissait de la première fois que de la viande de poulet vietnamien était expédiée à l’étranger.

"D’août 2017 à fin mai dernier, cette unité a exporté vers le pays du Soleil-Levant quelque 640 tonnes de viande de poulet, dont 500 tonnes lors des seuls cinq premiers mois de cette année. Cette tendance devrait poursuivre ces prochains mois", a estimé Bach Duc Luu, un représentant du Département de la santé vétérinaire du ministère de l’Agriculture et du Développement rural.

Khuu Nhon Hiêu, directeur de la société Koyu & Unitek, a fait savoir: "En 2017, nous comptions une seule chaîne de production de poulet frit, d’une puissance mensuelle de 110 tonnes. Actuellement, en plus du poulet frit, la demande japonaise en poulets grillé et bouilli s’accroît rapidement. Raison pour laquelle il y a peu de temps deux chaînes de production supplémentaires sont entrées en services".

"Prochainement, nous prévoyons de construire une nouvelle usine de transformation du poulet pour élever notre puissance mensuelle de 1.000 tonnes de poulet afin de mieux répondre à la demande japonaise croissante", a-t-il ajouté.

Élevage du porc au district de Tiên Du, province de Bac Ninh (Nord).
Photo: Vu Sinh/VNA/CVN

La société par actions d'élevage CP Vietnam, quant à elle, a lancé en mars dernier son projet dans le secteur de l’élevage et de l’alimentaire, de 250 millions de dollars de capitaux d’investissement. Ce projet se compose d’une usine d’aliments pour animaux, d’une ferme avicole et d’une usine de transformation. Avec ce projet, CP Vietnam ambitionne d’exporter des milliers de tonnes de poulet transformé par mois.

Pham Thanh Hung, directeur adjoint de la SARL Ba Huân, spécialisée dans la fourniture d’œufs et de viande de volailles, a divulgué: "Nous cherchons des partenaires pour exporter notre poulet transformé au Japon. Nous espérons que ça ira vite".

Il y a peu de temps, le groupe Mavin, joint-venture entre l’Australie et le Vietnam, est devenu la première entreprise au Vietnam à exporter officiellement du porc frais vers un marché étranger, avec un premier lot expédié en mai dernier au Myanmar. Mavin et la compagnie Sojitz Vietnam - membre du groupe japonais Sojitz - ont organisé une cérémonie la semaine dernière à Hanoï pour annoncer le succès des exportations de ce premier lot et signer un protocole d’accord (MoU).

CPV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Le Le tourisme humanitaire, aussi appelé "volontourisme", est une forme de voyage qui concilie mission humanitaire et tourisme. Il se développe au Vietnam, notamment dans les localités montagneuses du Nord.