17/09/2016 08:30
Dans un entretien accordé à l’Agence Vietnamienne d’Information, Sebastian Eckardt, spécialiste de la BM, s’est montré catégorique : le Vietnam devient une destination de choix pour les détaillants étrangers et drainera un flux de capitaux important dans ce domaine.
>>Les États-Unis souhaitent approfondir le partenariat intégral avec le Vietnam

Le secteur de la vente au détail du Vietnam enregistre une bonne croissance cette année. Photo : Phuong Vy/VNA/CVN

Selon la toute récente prévision de la Banque mondiale (BM), la croissance économique du Vietnam en 2016 ne serait que de 6% (contre 6,2%) en raison du fort recul dans le domaine agricole. Le secteur de la grande distribution sera en revanche complètement épargné. Pouvez-vous nous donner des précisions?

Après une forte croissance en 2015, l’économie vietnamienne montre des signes de ralentissement dans la première moitié de l’année 2016, le PIB n’ayant augmenté que de 5,5%, un taux inférieur aux prévisions de la BM. C’est la principale raison pour laquelle l’institution a abaissé de nouveau ses prévisions de croissance pour l’économie vietnamienne en 2016 à 6% (contre 6,2% précédemment).

Si l’on entre dans les détails de la réalité économique, deux principaux facteurs du ralentissement du PIB ont été observés. Le premier est la chute de l’agriculture en raison des lourdes pertes causées par la sécheresse et la salinisation des terres agricoles dans le delta du Mékong et dans certaines autres régions du pays. Le second est le ralentissement de la croissance de l’industrie en raison de la baisse des cours de nombreux produits - à commencer par le pétrole brut - et de la croissance lente de l’économie mondiale. En outre, les fluctuations du marché européen causées par le Brexit ont des répercussions sur les exportations du Vietnam vers ce marché car actuellement, l’Union européenne représente 18,9% de la valeur des exportations du pays.

Cependant, le secteur de la vente au détail du Vietnam enregistre une bonne croissance, environ 8%, grâce à une forte consommation intérieure.

Que pensez-vous l’arrivée de plus en plus nombreuse des détaillants thaïlandais et sud-coréens au Vietnam ainsi que des perspectives du marché vietnamien de la grande distribution ?

Textile-habillement, un secteur phare du Vietnam.
Photo : Thanh Hà/VNA/CVN

Comme je l’ai dit plus haut, ce secteur s’accélère maintenant et cette tendance se poursuit cette année. Sa croissance pourrait atteindre 8-9% en 2016.

Sur le moyen terme, les perspectives sont excellentes. Avec la forte croissance du pouvoir d’achat domestique, le secteur a besoin des fonds d’investissements nationaux et étrangers. Dans les grandes villes comme Hanoï, Hô Chi Minh-Ville et Dà Nang, de nouveaux centres commerciaux apparaissent et forment un réseau de plus en plus dense pour satisfaire les besoins de la classe moyenne. Je peux dire que le Vietnam devient une destination de choix des détaillants dans le monde. C’est un bon signe.

Comme dans plusieurs autres pays, on craint que l’arrivée de grands distributeurs étrangers écrase les petites entreprises domestiques. Mais je pense qu’il ne faut pas trop s’en soucier car si les entreprises domestiques savent créer des produits qui leur sont propres ou de meilleure qualité, elles pourront faire front.

L’économie vietnamienne affiche de belles perspectives sur le moyen terme grâce aux opportunités qu’offrent l’Accord de partenariat transpacifique (TPP) et les autres accords de libre-échange. Comment profiter au mieux de ces opportunités tout en relevant les défis qui vont avec?

Par rapport aux autres pays membres du TPP, le Vietnam a de grands avantages, en particulier dans certains secteurs qui emploient beaucoup de travailleurs parce que la main-d’œuvre vietnamienne est jeune, abondante et qualifiée. Donc, je suis très confiant quant aux perspectives économiques à moyen terme du Vietnam lorsque TPP entrera officiellement en vigueur.

Le TPP va aider de nombreux secteurs du pays à s’intégrer largement au marché mondial. Parmi eux, le textile-habillement. Les exportations de ses produits vers les grands marchés tels que les États-Unis ou le Japon bénéficieront d’une taxe douanière plus basse par exemple.

Cependant, la plus grande difficulté pour l’industrie textile réside dans l’accès aux matières premières. Actuellement, le Vietnam n’est pas capable d’assurer son approvisionnement et dépend des importations des pays qui ne sont pas membres du TPP.

Si le Vietnam ne parvient pas à s’auto-approvisionner ou à trouver un ou des fournisseurs de matières premières de l’un des pays signataires de cet accord de libre-échange économique, il lui sera difficile de satisfaire les «règles d’origine» (1) du TPP et ne profitera pas pleinement des privilèges fiscaux qu’il offre.

Phuong Nga-Linh Thao/CVN

Note :
(1) Les règles d’origine constituent un élément essentiel de tous les accords de libre-échange. Pour le TPP, les règles d’origine portant sur les textiles et les vêtements encourageront les fabricants de tissu et de vêtements des pays membres du TPP à utiliser des matières canadiennes dans la fabrication de produits qu’ils exporteront à destination d’autres pays membres du TPP.
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ressusciter les estampes populaires de Kim Hoàng

La Fête La Fête "Couleurs du printemps dans tout le pays" se tiendra du 24 au 25 février au Village culturel et touristique des ethnies du Vietnam à Dông Mô (Hanoï), a informé le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme.