14/03/2019 14:33
Le président américain Donald Trump a fini par céder à la pression en annonçant mercredi 13 mars que tous les Boeing 737 MAX allaient être cloués au sol, se ralliant au consensus international sur ce nouvel avion du constructeur américain après deux accidents tragiques en moins de cinq mois.
Un Boeing 737 MAX 8 à l'aéroport de Baltimore, dans le Maryland, le 13 mars.
Photo: AFP/VNA/CVN
 
"Nous allons décréter en urgence l'interdiction de tous les vols des 737 MAX 8 et 737 MAX 9", a déclaré Donald Trump depuis la Maison Blanche. "La sécurité des Américains, et de tous les passagers, est notre priorité absolue", a-t-il assuré.

Le PDG de Boeing, Dennis Muilenburg, a réagi, renouvelant sa "confiance totale en la sécurité du 737 MAX" tout en affirmant que la recommandation d'immobiliser temporairement cette flotte d'avions était à l'initiative du constructeur pour rassurer le grand public.

La décision de clouer au sol les Boeing 737 MAX est justifiée par de nouvelles données satellitaires, collectées, analysées et fournies par le Canada montrant que la trajectoire de l'avion d'Ethiopian Airlines qui s'est écrasé dimanche présente des similarités avec celle de Lion Air, accidenté fin octobre, a annoncé la FAA, le régulateur aérien américain.

"J'ai pris cette décision (...) en toute indépendance", a affirmé Dan Elwell, responsable par intérim de la FAA (Agence fédérale de l'aviation américaine), sur CNBC, assurant qu'il n'avait pas reçu de pression.

Washington a annoncé l'interdiction de vol peu après le Canada, qui, jusqu'à mercredi 13 mars, était le seul pays à accompagner les Américains dans leur refus de suspendre des airs cet aéronef.

Plus tôt, les autorités canadiennes avaient elles-mêmes révélé la collecte de nouvelles informations laissant à penser que la tragédie d'Addis Abeba, qui a fait 157 morts, avait des points communs avec l'accident meurtrier de la compagnie indonésienne qui a tué 189 personnes.

Les experts ont comparé le profil des deux vols et constaté "des parallèles" dans leurs trajectoires dépassant "un seuil de ressemblance quant aux causes possibles de l'écrasement en Éthiopie", avait expliqué le ministre des Transports Marc Garneau.

L'enquête de l'accident de Lion Air a pour le moment mis en cause un dysfonctionnement sur le système de stabilisation en vol destiné à éviter un décrochage de l'avion, le "MCAS" (Maneuvering Characteristics Augmentation System). Le MCAS, conçu spécialement pour les 737 MAX afin de remédier à des moteurs plus gros et plus lourds que ceux équipant les 737 d'ancienne génération, met l'avion en "piqué" lorsque l'appareil est en décrochage afin de regagner de la vitesse - sur la base d'une appréciation erronée dans ce cas.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La France aide Lilama 2 pour la formation professionnelle

Un village montagnard et ses bambous géants à Quang Nam Nichée sur la montagne de Ngok Cung, province de Quang Nam, la "gigantesque bambouseraie" ne s’est faite connaître que ces derniers temps. Un petit miracle bien défendu par les autochtones.