30/03/2018 00:09
L'ambassadrice des États-Unis auprès des Nations Unies, Nikki Haley, a déclaré mercredi 28 mars que son pays ne contribuera désormais pas à plus de 25% du budget du maintien de la paix de l'ONU.
>>Le Conseil de sécurité prolonge le mandat de la mission de l'ONU en RDC
>>Dernière tentative de l'ONU pour sauver l'accord politique en Libye
>>Tchad : visite de la sous-secrétaire générale de l'ONU en charge des affaires humanitaires

"Les États-Unis ne paieront pas plus de 25% du budget de l'ONU pour le maintien de la paix. C'est la limite supérieure exigée par la loi américaine", a-t-elle expliqué lors d'un débat de haut niveau au Conseil de sécurité de l'ONU sur le maintien de la paix. Les États-Unis contribuent aujourd'hui à hauteur de 28,47% (2,078 milliards de dollars) de ce budget qui est aujourd'hui de 7,3 milliards de dollars. La Chine arrive en deuxième position avec 750 millions de dollars (10,25%). "Nous nous engageons à travailler avec les États membres et l'ONU pour s'assurer que ce réajustement se fasse de manière équitable et raisonnable et qui défende le maintien de la paix de l'ONU. Nous avons tous un rôle à jouer et chacun d'entre nous doit redoubler d'efforts", a affirmé Mme Haley. D'après l'ambassadrice, les ressources sont importantes pour le maintien de la paix, mais ce dernier constitue une responsabilité partagée. ''La responsabilité partagée s'accompagne de budgets partagés et de coûts partagés. Notre pays ne devrait pas supporter plus d'un quart du budget du maintien de la paix de l'ONU, et nous espérons une distribution plus équitable du budget parmi des Ëtats membres", a-t-elle déclaré. Les États-Unis contribuent à hauteur de 22% du budget ordinaire biennal (5,4 milliards de dollars) de l'ONU.
 
Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.