12/10/2020 22:23
Le gouvernement américain investit près d'un demi-milliard de dollars dans la mise au point et la distribution à large échelle d'un traitement contre le COVID-19 du laboratoire britannique AstraZeneca, en phase avancée d'essais cliniques, a annoncé le géant pharmaceutique dans un communiqué lundi 12 octobre.
>>AstraZeneca reprend ses tests pour un vaccin au Royaume-Uni
>>AstraZeneca fait une pause dans les essais cliniques de son vaccin
>>Virus : plus de vaccins pour les pays pauvres, ruée sur les tests rapides

Le site du laboratoire AstraZeneca de Macclesfield, dans le centre de l'Angleterre. Photo : AFP/VNA/CVN

Avec un investissement de 486 millions d'USD, le gouvernement américain va contribuer au développement et à la distribution de 100.000 doses d'ici la fin 2020 et peut en acquérir un million de plus en 2021, précise-t-il. "La combinaison d'anticorps AZD7442 avance rapidement en essais de phase 3", ajoute le groupe.

Deux essais "aux États-Unis et ailleurs" vont "enrôler 6.000 adultes pour la prévention de la maladie COVID-19 et des essais supplémentaires sur environ 4.000 adultes porteront sur le traitement des contaminations" par le nouveau coronavirus, explique-t-il.

Le groupe pharmaceutique, qui développe parallèlement avec l'université d'Oxford un "candidat vaccin", considéré comme l'un des plus prometteurs, avait annoncé fin août avoir lancé des essais de phase 1 sur son médicament AZD7442, déjà financés à hauteur de 25 millions d’USD par le gouvernement américain.

Le médicament AZD7442 est une combinaison de deux anticorps à longue durée dérivés de patients convalescents du COVID-19, découverts par le centre médical américain de l'université de Vanderbilt et dont la licence a été obtenue par AstraZeneca en juin.

AFP/VNA/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.