01/02/2020 16:04
>>Les États-Unis arrêtent 35 personnes lors de raids anti-immigration visant 2.000 personnes
>>Les États-Unis interdisent aux clandestins de demander l'asile

La Maison Blanche a annoncé vendredi 31 janvier que les États-Unis limiteront l'immigration en provenance de six nouveaux pays, dont quatre en Afrique, une mesure controversée qui a déjà suscité des critiques. Les États-Unis vont ainsi restreindre la possibilité pour les ressortissants de l'Érythrée, du Kirghizistan, du Myanmar et du Nigeria de demander des visas pouvant déboucher sur une résidence permanente aux États-Unis, selon cette nouvelle règle qui devrait entrer en vigueur le 22 février. Les citoyens de deux autres pays, le Soudan et la Tanzanie, seront empêchés de participer à la loterie des visas qui accorde chaque année, de manière aléatoire, des cartes vertes aux immigrants de pays sous-représentés. La Maison Blanche a expliqué dans un communiqué que les pays nouvellement interdits ne respectaient pas les exigences américaines en matière de sécurité nationale. Ces nouvelles restrictions ne s'appliquent pas aux voyages touristiques, d'affaires ou autres voyages de non-immigrants en provenance de ces pays, a-t-elle ajouté. Les nouveaux pays seront ajoutés à une liste de sept nations, dont la plupart sont à majorité musulmane, qui sont sujettes à pareille interdiction émise par l'administration Trump en 2017. Les défenseurs de l'immigration ont critiqué ces nouvelles restrictions, les qualifiant d'"interdiction africaine". Elles sont considérées comme un signe de plus que les États-Unis ferment leurs portes aux immigrants sous l'administration Trump. 
 
Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
D Free Book et son message de partage des connaissances

COVID-19 : Quang Nam, une destination sûre et conviviale Jusqu'à présent, il n'y a eu aucun cas de COVID-19 dans la province centrale de Quang Nam. Par conséquent, toutes les activités touristiques dans cette locailité se déroulent toujours normalement. C’est ce qu’a déclaré mercredi 19 février le président du Comité populaire provincial Lê Tri Thanh.