09/09/2016 17:04
Le secrétaire d'État américain John Kery et son homologue russe Sergueï Lavrov ont exprimé le 9 septembre leur préoccupation et annoncé qu'ils allaient saisir les Nations unies.
>>La RPDC annonce avoir mené son cinquième essai nucléaire

S'adressant aux journalistes juste avant le début de négociations sur la Syrie à Genève, John Kerry a affirmé avoir également parlé avec le Japon et la Corée du Sud et avoir eu une "conversation sérieuse" sur cet essai.

François Hollande a dénoncé « avec force » ce nouvel essai de Pyongyang et a «appelé le Conseil de sécurité des Nations unies à se saisir de cette violation de ses résolutions», selon l'Élysée. « La communauté internationale doit s'unir face à cette nouvelle provocation qui intervient après une condamnation unanime par le Conseil de sécurité des essais balistiques effectués par la Corée du Nord lundi 5 septembre», ajoute la présidence dans un communiqué diffusé peu après la confirmation par Pyongyang de ce nouvel essai.

La Corée du Nord revendique son cinquième essai nucléaire "réussi".

Photo : AFP/VNA/CVN


La présidente sud-coréenne Park Geun-hye a qualifié d'acte « d'autodestruction » ce nouvel essai du Nord, une « provocation » qui isolera encore davantage le pays. L'essai de vendredi 9 septembre, dont Séoul pense qu'il est le plus puissant à ce jour, témoigne de «l'inconscience maniaque » du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, a-t-elle ajouté dans un communiqué.

Même son de cloche du côté chinois. «Aujourd'hui, la RPDC (nom officiel de la Corée du Nord, NDLR) a de nouveau procédé à un essai nucléaire en dépit de l'opposition générale de la communauté internationale, essai auquel le gouvernement chinois s'oppose fermement », a déclaré le ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué.

La Maison-Blanche a annoncé qu'elle analysait l'explosion, détectée par les instituts géologiques, mais n'a pas confirmé qu'il s'agissait d'un nouvel essai nucléaire. «Nous avons connaissance d'une activité sismique sur la péninsule coréenne, dans les environs d'un site nucléaire nord-coréen connu », a simplement déclaré le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, Ned Price. « Nous surveillons et continuons d'évaluer la situation, en proche collaboration avec nos partenaires régionaux ».

Au Japon, le Premier ministre japonais Shinzo Abe s'est insurgé de ce deuxième essai nucléaire de l'année de la part de Pyongyang. «Le fait que la Corée du Nord ait mené un test est absolument inacceptable pour le Japon », a-t-il déclaré.
AFP/VNA/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ressusciter les estampes populaires de Kim Hoàng

Les vestiges de la citadelle de Thanh Chiêm à Quang Nam La citadelle de Thanh Chiêm est située à Diên Phuong, dans la province centrale de Quang Nam. Vestige historique national, elle était, sous la dynastie des Nguyên (1802-1945), considérée comme la capitale satellite de Huê et le centre politique, militaire, économique et culturel du Sud. Aujourd’hui, l’édifice est en ruine mais les autorités ont décidé de faire de Thanh Chiêm une nouvelle destination touristique.